Participez à l’acquisition du bréviaire de Charles V

La BnF souhaite acquérir un exceptionnel manuscrit enluminé réalisé vers 1370 pour le roi de France Charles V (1338-1380), le Bréviaire à l’usage de la Sainte-Chapelle. Cette acquisition permettrait au manuscrit de rejoindre les collections nationales, dont l’histoire commence avec Charles V dit «le Sage», célèbre pour son amour des livres et du savoir. La librairie qu’il installa au Louvre vers 1368 constitue le cœur historique de la BnF. Le Bréviaire à l’usage de la Sainte-Chapelle provient de cette inestimable collection princière dont seuls 185 volumes ont été retrouvés.

UN MANUSCRIT LITURGIQUE À L’USAGE DE LA SAINTE-CHAPELLE DE PARIS

Richement illustré de 33 miniatures et orné d’un décor secondaire des plus raffinés, le bréviaire présente toutes les caractéristiques d’une commande royale. Le calendrier, établi à l’usage de la Sainte-Chapelle de Paris, mentionne les obits des rois et de plusieurs reines de France, depuis Philippe IV jusqu’à Jeanne de Bourbon, épouse de Charles V décédée en 1378. On y lit, mises en évidence par des lettres rouges ou dorées, les grandes fêtes liturgiques associées à la couronne de France, comme la translation du chef de Saint Louis (17 mai), la réception de la couronne d’épines (11 août) et celle des Saintes Reliques en la Sainte-Chapelle de Paris (30 septembre). Plus loin dans le volume, le sanctoral débute par une rubrique des plus explicites : « Ci commence la seconde partie des saints a l’usaige de Paris selonc l’Ordenance de la Chapelle de l’ostel du roy de France ».

Plusieurs peintures représentent un roi en prière, en qui l’on peut reconnaître Charles V lui-même. Il apparaît ainsi agenouillé devant saint Louis de Toulouse, aux pieds de saint Augustin ou en adoration devant les reliques de la Sainte-Chapelle. Cette dernière image constitue un rare témoignage iconographique de ces reliques qui, jusqu’à la Révolution, contribuèrent au prestige du royaume de France et qui sont, depuis le XIXe siècle, intimement liées à l’histoire de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

L’apparition inopinée sur le marché de ce manuscrit vient étoffer de façon notable le corpus de l’une des productions les plus abouties de l’enluminure gothique, celle du Maître de la Bible de Jean de Sy. La majorité des peintures de l’ouvrage, qui témoignent du raffinement atteint par les enlumineurs travaillant pour la cour de Charles V, sont attribuables avec certitude à cet artiste ou à ce groupe d’artistes actifs à Paris entre 1350 et 1380. Le style, qui s’inscrit dans l’héritage du célèbre peintre Jean Pucelle, se distingue par une tendance au naturalisme, dont t témoignent les paysages ponctués de bouquets d’arbres, la vivacité des figures ou encore la variété des animaux. Les scènes, parfois peintes en semi-grisaille, dénotent un sens aigu de la narration. On recense actuellement une quinzaine d’œuvres du Maître de la Bible de Jean de Sy, majoritairement de provenance princière, dont la moitié sont conservées dans des institutions publiques françaises.

Un second enlumineur, connu sous le nom de Maître du Livre du sacre de Charles V, est l’auteur d’une douzaine des miniatures du manuscrit, dont l’originale composition représentant le roi de France agenouillé devant les Saintes Reliques. Il est l’un des collaborateurs habituels de l’artiste principal et participa à plusieurs grandes commandes royales entre 1350 et 1378.

UN OUVRAGE PROVENANT DES PRESTIGIEUSES COLLECTIONS DU CHÂTEAU D’ANET

Au XVIIIe siècle, le bréviaire se trouvait dans la bibliothèque du château d’Anet. Le noyau principal de cette prestigieuse collection provenait de Tanguy IV du Châtel (mort en 1477), grand écuyer de France, gouverneur du Roussillon et grand sénéchal de Provence. En 1609, le château d’Anet et sa bibliothèque échurent aux ducs de Vendôme, puis, en 1718, à Anne de Bavière, veuve d’Henri Jules de Bourbon, prince de Condé. À la mort de cette dernière, en 1723, les livres d’Anet furent transportés à Paris, inventoriés puis vendus, en novembre 1724. Le bréviaire de Charles V fut alors acquis par un membre d’une grande famille britannique et transmis par voie de succession jusqu’en 2015, année où il fit l’objet d’une vente de gré à gré. Il appartient actuellement à un collectionneur étranger. 

 

C’est la première fois depuis plus de 200 ans que la BnF a l’opportunité d’acquérir un manuscrit de la bibliothèque de Charles V. C’est une occasion unique qui ne se présentera sans doute pas avant très longtemps.

Pour faire un don:

https://mecenat.bnf.fr/dme/dons.nsf/wDon?ReadForm

 



Citer ce billet
denoel (2023, 12 avril). Participez à l’acquisition du bréviaire de Charles V. MANUSCRIPTA : Manuscrits médiévaux conservés à la BnF. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r88d

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.