Deux nouvelles acquisitions pour le département des Manuscrits de la BnF

Le département des Manuscrits de la BnF a récemment acquis d’un collectionneur privé deux ouvrages médiévaux d’époques et de natures très différentes : une rare copie  du VIIe livre de la Mutacion de Fortune de Christine de Pizan et un coutumier méridional à l’usage d’une communauté franciscaine.

La première de ces nouvelles acquisitions est une copie, datable du premier quart du XVIe siècle, du VIIe et dernier livre de la Mutacion de Fortune de Christine de Pizan (NAF 29080). Composé en français entre 1400 et 1404, ce long poème dédié à Fortune est une œuvre complexe qui mêle à une trame allégorique des éléments autobiographiques et des considérations sur l’histoire universelle. L’intrigue a pour point de départ la transformation métaphorique de la narratrice en homme par l’intervention de Fortune, qui lui permet ainsi d’exercer la profession d’écrivain. Les parties II à IV décrivent le palais de Fortune et ses habitants et les parties V à VII traitent de l’histoire du monde, depuis les plus anciens royaumes connus jusqu’aux princes contemporains de Christine.

Dix exemplaires et un  fragment en deux parties de la Mutacion de Fortune, qui ont servi à l’édition du texte par Suzanne Solente dans les années 1960, étaient jusqu’alors référencés :

  • six volumes et un fragment conservés dans des collections publiques françaises (Chantilly, Musée Condé, ms. 493 et ms. 494 ; Paris, BnF, Arsenal, 3172 ; Manuscrits, Français 603, Français 604, Français 25430, NAF 14852) ;
  • trois volumes et un fragment conservés dans des bibliothèques étrangères (Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, ms. 9508 ; La Haye, Koninklijke Bibliotheek, KW 78 D 42 ; Leyde, Bibliotheek der Rijksuniversiteit, LTK 1819 ; Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Cod. gall. 11) ;
  • un volume en collection privée (anc. collection Sydney Cockerell (1867-1962)).

Le manuscrit acquis par la BnF constitue un douzième témoin, qui n’est pas mentionné dans les répertoires de référence mais qui a fait l’objet de trois articles par l’un des spécialistes de l’œuvre de Christine de Pizan, Angus J. Kennedy [1]. Il se présente sous la forme d’un volume de 146 feuillets de 150 x 102 mm, couvert d’une reliure moderne de velours rouge. Il ne contient pas d’illustration mais le texte, copié en écriture humanistique, est ponctué d’initiales cadelées sophistiquées et d’initiales ornées, dorées sur fond brun. Ces éléments tendent à l’identifier comme une production parisienne du premier quart du XVIe siècle. La particularité de cette copie est de ne contenir que la septième partie de la Mutacion de Fortune, consacrée à l’histoire des Romains, à celle d’Alexandre et aux règnes des souverains contemporains de l’autrice. Cette section du poème est relativement rare, puisqu’elle n’est conservée que dans cinq des exemplaires identifiés (Bruxelles ; Chantilly ms. 493 et ms. 494 ; BnF, Français 603 et Français 604), les autres étant fragmentaires ou s’arrêtant à la Ve ou à la VIe partie. 

Angus J. Kennedy a partiellement retracé la provenance du manuscrit. Si le commanditaire de la copie demeure inconnu, celle-ci porte l’ex-libris chiffré, daté de 1759, de Jean Rasseteau de la Grenodière, membre d’une importante famille de Châtellerault. En 1873, l’ouvrage était la propriété du maire de cette ville, M. Arnaudeau, qui permit alors à  l’historien Victor de Saint-Genis de l’étudier [2]. En 1977, le manuscrit se trouvait chez le libraire parisien Lucien Scheler, auprès de qui l’ a acquis la famille du dernier propriétaire.

Angus J. Kennedy a rapproché ce volume d’un autre manuscrit de Christine de Pizan strictement contemporain, un exemplaire de l’Epître à la reine conservé à la Bibliothèque royale de Belgique (ms. IV 01176), qui a également appartenu à  Jean Rasseteau de la Grenodière puis à la librairie Scheler. Le format et la mise en page des deux manuscrits sont sensiblement identiques, si bien qu’ils paraissent avoir anciennement constitué un seul et même volume. On peut rattacher à cet ensemble un troisième opus, qui contient les parties IV et V de la Mutacion de Fortune  et se trouve conservé au département des Manuscrits de la BnF sous la cote Français 25430. S’il provient pour sa part de la bibliothèque du chapitre cathédral de Notre-Dame de Paris, ce dernier est comparable, du point de vue des dimensions, de l’écriture et du décor secondaire, à notre nouvelle acquisition. Si bien que les trois ouvrages cités paraissent provenir sinon d’un même ensemble éditorial, du moins du même centre de production. Des analyses comparatives de ces manuscrits permettront  certainement d’éclairer la diffusion de l’œuvre de Christine de Pizan au XVIe siècle, question qui reste peu étudiée.

 

 

Le second manuscrit nouvelle acquis par la BnF est un livre liturgique, plus précisément un coutumier, dont la fonction est de décrire les usages et les rites d’une communauté religieuse (NAL 3263).  Les caractéristiques d’écriture sont méridionales et laissent penser que celui-ci  fut exécuté en Italie dans la seconde moitié du XIVe siècle ou dans la première moitié du XVe siècle[3].  Il s’agit d’un mince volume de 74 feuillets, mesurant 170 x 120mm et comportant une reliure de parchemin du XIXe siècle. La mise en exergue des mentions de saint François et de sainte Claire dans les litanies permettent d’avancer que le manuscrit était à l’usage d’une communauté franciscaine, peut-être double puisqu’il présente la particularité de détailler les rites de vêture et de profession de religieuses  tout en évoquant l’assemblée des frères. Il traite par ailleurs de la communion et de l’onction des malades ainsi que de l’office des morts. Le volume est incomplet et il manque de toute évidence quelques feuillets entre le premier et le second cahier. Le dernier cahier contient des parties notées.

 S’il est difficile d’établir l’inventaire exhaustif  des différents types de manuscrits liturgiques conservés dans les bibliothèques publiques (car parfois improprement catalogués ou relevant de formes mixtes difficiles à catégoriser),  il apparait que les coutumiers  (consuetudines) constituent une catégorie d’ouvrages relativement rares, et souvent fragmentaires, dans les collections nationales. Celui-ci présente en outre la particularité de traiter de cérémonies propres à une communauté féminine, ce qui est exceptionnel. Il constitue une source précieuse non seulement pour l’histoire religieuse, mais aussi pour l’histoire sociale et pour l’histoire des sensibilités, puisqu’ y sont abordés des détails très concrets de la vie quotidienne et spirituelle des religieux. 

 

 

[1] Angus J. Kennedy, « Christine de Pizan, Victor de Saint-Genis et le manuscrit de Châtellerault », Romania, 109 (1988), p. 540-559 ; Id. « Le manuscrit de Châtellerault. Un manuscrit perdu du VIIe livre de « La Mutacion de Fortune » », In. The City of Scholars. New Approaches to Christine de Pizan, Berlin, New York : De Gruyter, 1994, p. 107-115 ; Id. « The Châtellerault manuscript of book VII of Christine de Pizan’s Mutacion de Fortune and the Epistre à la Reine », In. « Riens ne m’est seur que la chose incertain ». Études sur l’art d’écrire au Moyen Âge offertes à Eric Hicks, éd. Jean-Claude Mühlethaler et Denis Billotte, Genève, Slatkine, 2001, p. 25-36.

[2] Victor de Saint-Genis, « Mémoire sur un manifeste inédit du parti français en 1405 adressé par Christine de Pisan à la reine Isabeau de Bavière », Revue des sociétés savantes des départements, 5e série, 6 (1873), p. 6-7 et 7 (1874), p. 412-413 et 523-525.

[3] Datation et localisation données par M. Mathieu Lescuyer.



Citer ce billet
Laure Rioust (2023, 26 avril). Deux nouvelles acquisitions pour le département des Manuscrits de la BnF. MANUSCRIPTA : Manuscrits médiévaux conservés à la BnF. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r88f

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.