Pour ses 15 ans, Mandragore est interrogeable dans le portail Biblissima

Depuis le mois de mars, Mandragore, la base des enluminures des manuscrits de la BnF, peut être interrogée dans le portail Biblissima, actuellement en version beta (http://beta.biblissima.fr/). Cette intégration intervient alors que le site http://mandragore.bnf.fr/, mis en ligne à l’occasion du Salon du Livre 2003, fête ses 15 ans.

Accès par entité dans le portail Biblissima. Actuellement, les enluminures proviennent essentiellement de Mandragore (ici Aimeri de Poitiers enluminé par le maître de Guillebert de Metz, à voir dans Mandragore)

Mandragore, deux fois 15 ans

Créée en 1989 par les médiévistes du Centre de Recherche sur les Manuscrits enluminés (CRME), alors hébergé à la Bibliothèque Nationale, Mandragore a longtemps été consultable uniquement par correspondance. C’est seulement près de quinze ans plus tard, en 2003, que la première interface publique a été mise en ligne par la BnF. Plusieurs années avant l’ouverture du catalogue BnF Archives et Manuscrits,  et alors que la bibliothèque numérique Gallica, de cinq ans son aînée, se concentrait sur les imprimés et la presse, Mandragore donnait accès aux premières descriptions et numérisations en couleur de manuscrits de la BnF.

Depuis, le site Internet a peu changé mais la volumétrie de la base a plus que doublé : de 80 000 images décrites en 2003, dont 10% numérisées, ce sont aujourd’hui plus de 205 000 qui sont aujourd’hui disponibles, aux deux tiers assorties d’une numérisation – y compris des reproductions partielles qui ne sont pas (ou pas encore) accessibles dans Gallica.

http://mandragore.bnf.fr/ark:/12148/cgfbt174602
Construction de Cluny dans un manuscrit du Miroir historial de Vincent de Beauvais (Français 52, f. 22, http://mandragore.bnf.fr/ark:/12148/cgfbt174602)

Malgré l’apparition d’outils numériques complémentaires tels que Gallica, la banque d’images de la BnF, le catalogue BnF Archives et Manuscrits ou encore la base des Reliures de la BnF, Mandragore est restée indispensable aux chercheurs en iconographie comme aux amateurs d’enluminure. Décrivant des illustrations de toutes sphères culturelles et de toutes époques, des livres des morts égyptiens aux peintures du XIXe siècle, en passant par les plus célèbres bibles enluminées médiévales, grâce à une indexation iconographique multilingue (français, anglais, allemand, italien, espagnol), la base a reçu plus de 50 000 visites en 2017.

Pour ses trente ans se prépare depuis déjà plusieurs années une importante refonte de Mandragore, qui devrait non seulement permettre de moderniser l’interface de recherche et les outils de visualisation des reproductions, aujourd’hui un peu vieillis, mais également améliorer le modèle de données et les rebonds entre applications de la BnF. L’une des pistes étudiées verrait la réunion en une seule application des enluminures de Mandragore et des gravures incunables d’IconoXV, actuellement dépourvues d’interface de consultation.

Biblissima, l’ambition d’une large interopérabilité

Biblissima — Bibliotheca bibliothecarum novissima — est un observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance financé grâce au programme des « investissements d’avenir ». Depuis 2013, la BnF est fortement engagée dans cet équipement d’excellence, dont elle est l’un des membres fondateurs. L’un des objectifs de celui-ci est la mise en place d’une infrastructure informatique rendant possible l’interrogation croisée et interopérable de nombreuses bases de données décrivant et analysant la transmission des livres, des textes et des images, rassemblées en un « cluster de données ».

Dès 2015, un premier prototype avait vu le jour, mettant en lien pour la première fois les données de Mandragore et celles d’Initiale, la base des enluminures des manuscrits conservés en bibliothèques municipales et universitaires, maintenue (et récemment refondue) par l’Institut de Recherche en Histoire des Textes (IRHT).

Le portail définitif, mis en ligne en version beta en avril 2017, est progressivement corrigé et enrichi de nouvelles données. Mandragore est la dixième base de données à l’intégrer, rejoignant Esprit des livres (École nationale des chartes), Manuscripta medica (EPHE/CIHAM), ou encore les catalogues régionaux des incunables informatisés (CRII, BVH/CESR). À terme, les données de ce cluster dialogueront avec celles d’Initiale, de la base des reliures de la BnF, ou de Pinakes (IRHT).

Cette intégration a été rendue possible par un important travail de modélisation et d’alignement de données réalisées par l’équipe de Biblissima en lien avec la BnF. Elle permet l’exploration et la recherche entité par entité, mais également la visualisation géographique, par exemple par lieux représentés dans les enluminures.

Cartes des lieux représentés dans les enluminures du portail Biblissima

La mise en œuvre du protocole IIIF (International Image Interoperability Framework) permet en outre la visualisation embarquée des images des principales bibliothèques numériques, Gallica, la Bibliothèque Virtuelle des Manuscrits Médiévaux (BVMM), et à terme les Bibliothèques Virtuelles Humanistes. Biblissima bénéficie des dernières fonctionnalités du visualiseur libre Mirador (zoom, manipulation du contraste et des couleurs, annotation…), qui devrait également être adopté, à terme, par Mandragore et Gallica (au moins pour certains corpus, tel celui du programme Polonsky).

Mandragore ou Biblissima ?

Par certains côtés, le portail Biblissima anticipe sur la refonte de Mandragore, qui verra notamment la modernisation des interfaces publiques, parfois d’ailleurs avec les mêmes outils (tel Mirador pour la visualisation des images). Cependant, même si l’on peut à bon droit le trouver aujourd’hui plus séduisant (voire plus pratique) que le site de Mandragore, qui a conservé son esthétique du début du siècle, le portail Biblissima complète Mandragore mais ne la remplace pas.

En effet, alors que Biblissima s’attache à mettre en relation les données de bases dédiées à la période médiévale occidentale, tout particulièrement du point de vue de l’histoire du livre, Mandragore se spécialise dans l’histoire de l’art, toutes périodes et aires culturelles confondues. Elle fait la part belle (et plus encore dans son nouveau modèle de données) aux cycles décoratifs (les « parties »), peu pris en compte dans le portail.

Il s’agit également d’une base vivante, qui continue à s’enrichir régulièrement et verra demain sa place renforcée dans l’« écosystème numérique » de la BnF.

En revanche, certains des services que rend (ou rendra) le portail Biblissima dépassent largement les objectifs de Mandragore : particulièrement ardue à mettre en place, l’interopérabilité entre déjà dix bases différentes est une très belle réussite du projet qui permet, et permettra plus encore à l’avenir, les recherches générales à travers de nombreuses sources de données et la découverte de nouveaux objets de recherche.

Récolte de la Mandragore : http://beta.biblissima.fr/fr/ark:/43093/ifdata35b4b727728f05fa4b6731ddfb3669a9ab751b3a et http://mandragore.bnf.fr/ark:/12148/cgfbt929183

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *