Exploration guidée des manuscrits astronomiques et astrologiques latins de la Bibliothèque nationale de France (2 février 2024)

Dans le cadre de l’atelier de paléographie des manuscrits astronomiques et astrologiques organisé par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (org. Eleonora Andriani), une présentation de manuscrits emblématiques de la « science des astres » latine médiévale dans les collections de la Bibliothèque nationale de France aura lieu le 2 février 2024.

Affiche annonçant une exploration guidée des manuscrits astronomiques et astrologiques latins de la Bibliothèque nationale de France, avec le Dr Alexandre Tur, conservateur chargé des manuscrits scientifiques du Moyen Âge, le 2 février 2024 de 14h à 16h30, sur inscription préalable. Les illustrations de l'affiche sont issues du manuscrit Latin 7330.

Cette présentation est ouverte à tous (sur inscription préalable), mais en raison des contraintes d’un tel exercice, le nombre de places est limité, avec une priorité accordée aux participants habituels de l’atelier.

Les manuscrits suivants seront présentés :

Latin 12957

Les sept unités codicologiques de ce manuscrit datent du IXe siècle, mais ont été rassemblées plus tardivement, entre le XIIIe et le XVIIe siècle, à l’abbaye de Corbie, où certaines avaient peut-être été copiées. Un certain nombre d’annotations dans le manuscrit en témoignent, ainsi que la mention dans les anciens catalogues de la bibliothèque. L’ouvrage a été transféré à l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés en 1638, puis à la Bibliothèque nationale à la Révolution.

Aux côtés de commentaires de Boèce, il contient notamment un mélange de textes astronomiques consacrés aux constellations et connus sous le nom d’Aratus latinus « révisé » (f. 57-74), adaptés et traduits d’après les Phaenomena d’Aratus de Solis (276-274 AEC), un poème astronomique à succès dans l’Antiquité et au début du Moyen Âge. Ce témoin, copié en minuscule caroline au début du IXe siècle, est l’un des plus anciens de cette adaptation, produite à Corbie quelques décennies plus tôt. Il présente un important cycle iconographique (globes et constellations) qui sera encore développé dans des copies ultérieures, certaines très célèbres (voir par exemple les Aratea de Leyde).

Notice complète : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc125145x

Numérisation : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10546772s

Latin 7330

Ce manuscrit du début du XIIIe siècle, produit à la cour de Frédéric II à Palerme, est la plus ancienne copie connue du Liber astrologie de Georgius Zothorus Zaparus Fendulus (probablement rédigé en Sicile à la fin du XIIe siècle). Fasciné par la figure d’Albumasar (Abu Ma‘shar al-Balkhi, 787-886, actif principalement à Bagdad), représenté au f. 41v, l’auteur reprend de larges passages de sa Grande Introduction, traduite en latin par Jean de Séville (1133) et Hermann de Carinthie (1140). Témoignage de l’atmosphère multiculturelle propre à la Sicile des XIIe-XIIIe siècles, le riche cycle enluminé (dont le style rappelle d’autres manuscrits scientifiques produits à la cour de Frédéric II), combine les représentations des constellations selon différentes traditions de catalogage des étoiles.

Ce manuscrit a servi de modèles à d’autres manuscrits copiés à la fin du Moyen Âge (British Library, Sloane 3983 ; Pierpont Morgan Library, ms. 785 ; BnF, Latin 7331 et Smith-Lesouëf 8) ; au XVIe siècle il a appartenu à Etienne Taburot, seigneur des Accords à Dijon, puis à Philippe Hurault, évêque de Chartres, dont la bibliothèque est achetée par le roi de France en 1622.

Notice sommaire : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc66536h (à compléter avec F. Avril et M.-Th. Gousset, Manuscrits enluminés d’origine italienne, vol. 2, 1984, notice 189 et D. Juste, Les manuscrits astrologiques latins conservés à la bibliothèque nationale de France, 2015, p. 110)

Numérisation : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10465130z/

Les enluminures de ce manuscrit sont décrites dans la base Mandragore.

Latin 7443

Ce recueil composite de textes théoriques et pratiques, en latin et en français, et de compilations d’horoscopes, est sans doute à l’origine un manuscrit de travail, principalement copié par deux religieux qui travaillaient probablement ensemble au début du XVe siècle, Simon de Boesmare (1380-1438) et Jean Halbout de Troyes (ca. 1405-1440), sur plusieurs unités codicologiques progressivement rassemblées au XVe siècle.

D’origine parisienne, ce manuscrit était en possession de l’astrologue lyonnais Simon de Phares à la fin du XVe siècle, et lui a servi à rédiger son Recueil des plus célèbres astrologues, défense et apologie de la science des astres après sa condamnation par la faculté de théologie de Paris en 1494. Comme la plupart des livres de Simon de Phares, il porte l’ex-libris d’un certain « Hangays » ; il a ensuite appartenu au curé Jean Roussel avant de rejoindre la bibliothèque personnelle de François Ier, puis la bibliothèque royale.

Parmi les textes copiés, signalons notamment un ensemble de traités d’astrométéorologie, d’intéressants « dossiers astrologiques » regroupant des collections d’horoscopes liés à des évènements politiques de l’époque : l’assassinat du duc d’Orléans en 1407 (y compris la nativité de Jean Sans Peur), les affrontements franco-anglais de 1426-1427 et la consolidation du pouvoir de Charles VII en 1437 (y compris la nativité de celui-ci), des prédictions annuelles du début du siècle et le procès-verbal d’une intéressante controverse sur l’établissement d’un almanach médical en 1437.

Notice sommaire : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc666669 (à compléter avec J.-P. Boudet, Lire dans le ciel, 1994, p. 113-151 ; D. Juste, Les manuscrits astrologiques latins conservés à la bibliothèque nationale de France, 2015, p. 162-167)

Numérisation : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52515212f

Latin 7295A, Latin 7432 et Latin 7450

Ces trois manuscrits ont été copiés par et/ou sous la direction de l’astronome allemand Conrad Heingarter (avant 1440 – après 1504), mais sous des formes très différentes. Latin 7295A est un manuscrit d’étudiant parisien, pour l’essentiel autographe, rédigé principalement en latin avec des passages en allemand dans une écriture cursive. Divers textes de référence de la science des astres y sont copiés, notamment la Theorica planetarum de Campanus de Novare, plusieurs traités relatifs aux instruments astronomiques, dont le De astrolabio du pseudo-Messahallah, des tables astronomiques de tradition tolédane ou alphonsine avec plusieurs canons, le tout illustré de nombreux diagrammes également autographes. Latin 7432, plus tardif, est un manuscrit d’apparat commandité par Heingarter pour son protecteur le duc Jean II de Bourbon. Il est copié en écriture livresque (textualis libraria), avec un riche cycle enluminé. Il fait une place particulière aux textes attribués à Ptolémée (Quadripartitum, Centiloquium, De cometis), commentés par Heingarter dans une perspective humaniste de « retour » aux autorités grecques, mais contient également les textes de référence de Messahallah et Alcabitius, des tables astronomiques et canons. Latin 7450, lui aussi un manuscrit d’apparat quoique moins enluminé, contient une unique prédiction astrologique, pour l’année 1476, adressée au roi de France Louis XI. Dans ce texte, Heingarter insiste particulièrement sur l’importance de Ptolémée, faisant écho au manuscrit précédent. Comme celui-là, ce manuscrit est copié à Belleperche, la résidence de Heingarter auprès du duc de Bourbon, dans la même écriture livresque, qui est peut-être celle d’un copiste professionnel mais pourrait aussi être la main « soignée » de l’astrologue. Ces trois manuscrits sont arrivés ensemble à la bibliothèque royale, en 1732, avec l’entrée de la bibliothèque de Jean-Baptiste Colbert, qui les avait lui-même achetés au conseiller au Châtelet Claude Hardy (1604-1678). Cela signifie notamment que le manuscrit n’a pas été remis à Louis XI, comme le laisse supposer la dédicace, mais est demeuré avec les autres ouvrages de Heingarter.

Latin 7295A : notice complète (https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc664943) ; numérisation (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10027322j).

Latin 7432 : notice sommaire (https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc66655v ; à compléter avec D. Juste, Les manuscrits astrologiques latins conservés à la bibliothèque nationale de France, 2015, p. 152-153) ; numérisation (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100202503).

Latin 7450 : notice complète (https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc66676h) ; numérisation (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10020249q).

Latin 7300A

Ce manuscrit est un recueil factice constitué au XVe siècle à partir de sept unités codicologiques distinctes, certaines sur papier, d’autres sur parchemin, en français ou en latin. Il contient principalement des calendriers astronomiques, détaillant les dates et heures des nouvelles lunes et pleines lunes pour plusieurs cycles de 19 ans, mais également un traité d’instruments de Jean Fusoris (1365-1436), des tables d’équation planétaires (issues des tables d’Oxford) et plusieurs almanachs planétaires. L’un de ceux-ci (f. 75-87) attire particulièrement l’attention en raison de son emploi du français, des chiffres romains, et la variété des activités à privilégier chaque jour « universellement esleus » de l’année 1426. Malgré le caractère redondant des différents calendriers de ce manuscrit (qui interroge le choix à l’origine de sa composition), celui-ci donne une idée de leur importance comme outil astronomique et astrologique à la fin du Moyen Âge.

Également passé par la collection de Claude Hardy, ce manuscrit est lui aussi arrivé à la bibliothèque royale en 1732 par l’intermédiaire de la bibliothèque de Colbert.

Notice complète : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc66501p

Numérisation : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100271684

Latin 7276A

Ce manuscrit exceptionnel préserve un certain nombre d’instruments en papier du XVIe siècle. Constitué de fragiles volvelles mobiles, ce type de manuscrits a probablement été fréquent au Moyen Âge, pour mieux faire comprendre le modèle géométrique ptoléméen aux étudiants en astronomie, mais très peu sont conservés. Bien que très complet, ce manuscrit comprend très peu de contenu textuel, au-delà des titres des instruments et des légendes des diagrammes, et il est difficile de retracer l’origine et le contexte de sa production. Sa préservation même témoigne probablement d’un usage exceptionnel.

Ce manuscrit a fait partie de la bibliothèque du cardinal de Mazarin et a été acquis par la bibliothèque du roi en 1668.

(Pour des raisons de conservation, ce manuscrit sera présenté sans manipulation des volvelles.)

Notice sommaire : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc66468f

Numérisation : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52511252q

 


Sur le même sujet, à lire également sur Manuscripta



Citer ce billet
Alexandre Tur (2024, 27 janvier). Exploration guidée des manuscrits astronomiques et astrologiques latins de la Bibliothèque nationale de France (2 février 2024). MANUSCRIPTA : Manuscrits médiévaux conservés à la BnF. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vopv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.