Les palimpsestes révélés. Compte-rendu du séminaire de la recherche à la BnF du 13 mai 2024.

Lucie Ledieu, étudiante en Master « Technologies numériques appliquées à l’Histoire » à l’École nationale des chartes, effectue un stage de deux mois au département des Manuscrits de la BnF dans le cadre du projet de recherche « Imagerie scientifique appliquée aux palimpsestes et documents difficilement lisibles » du plan quadriennal 2024-2027 de la recherche à la BnF. Dans ce billet, elle dresse un compte-rendu d’une séance du séminaire interne consacrée aux palimpsestes et à leur imagerie, qui s’est tenue le 13 mai 2024.


Dans le cadre du séminaire de la recherche de la BnF, organisé sous l’égide de la délégation à la stratégie et à la recherche, une séance a été consacrée aux palimpsestes et à leur étude le 13 mai dernier. L’objectif de cette séance était d’avoir une vision globale des palimpsestes, de leur traitement via l’imagerie multispectrale et des enjeux d’une telle entreprise.

Feuillet palimpseste du Codex Claromontanus
BnF, Grec 9 (Codex Climaci rescriptus), f. 58r, photographie en lumière visible.
Feuillet palimpseste du Codex Claromontanus.
BnF, Grec 107B (Codex Claromontanus), f. 2v, photographie en lumière UV.

Dans un premier temps, Christian Förstel, conservateur des manuscrits grecs, a introduit le sujet des palimpsestes et de leur étude. Le mot palimpseste vient du grec palimpsèstos (παλίμψηστος) qui signifie « gratté à nouveau », « réécrit ». A la BnF, sur 5000 manuscrits grecs, une centaine sont des palimpsestes. Les plus connus sont le Codex Claromontanus (Gr. 107) et le Codex Ephraemi rescriptus (Gr. 9). Néanmoins, l’essor de la philologie au XIXe siècle a eu un effet pervers sur la conservation des palimpsestes. Les philologues ont en effet commencé à appliquer des solutions chimiques sur le parchemin pour visualiser les textes inférieurs. Plus étonnant encore, certains sont allés jusqu’à falsifier des palimpsestes en réalisant de fausses écritures inférieures. Depuis, les techniques de visualisation ont évolué avec l’introduction de nouvelles technologies, moins invasives.

Dans un deuxième temps, nous avons écouté Patrick Bramoullé, chef du service production au département Images et prestations numériques de la BnF, qui est nous a expliqué comment fonctionne la technologie d’imagerie multispectrale utilisée pour la lecture des palimpsestes. Comme Newton l’a montré en 1666, la lumière blanche est composée d’un mélange de rayons de couleurs différentes. Il y a des couleurs visibles, celles qui nous permettent de voir le monde autour de nous à partir de notre œil. Au-delà de ces couleurs, on trouve les ultraviolets et les infrarouges. Ces trois types de rayons permettent de réaliser des prises de vue multispectrales grâce à différentes sources de lumière émettant dans différentes longueurs d’ondes. En effet, avec un éclairage standard, la réponse spécifique de certaines zones du document peut être noyée dans la masse d’informations. À des longueurs d’ondes plus petites encore que les ultraviolets, les rayons X permettent également d’obtenir des résultats intéressants.

Schéma du spectre lumineux (P. Bramoullé).

Dans un troisième temps, Victor Gysembergh, chargé de recherche au Centre Léon Robin du CNRS et spécialiste des textes philosophiques et scientifiques de l’Antiquité, nous a présenté le projet d’imagerie multispectrale du Codex Climaci rescriptus auquel il a participé. La particularité de ce document est qu’il est bis rescriptus, c’est-à-dire doublement palimpseste. La grande découverte autour de cet ouvrage est qu’il contient un extrait du catalogue d’étoiles d’Hipparque qui était connu jusqu’ici uniquement par quelques mentions éparses dans d’autres textes. Elle permet de réfuter l’idée selon laquelle Claude Ptolémée n’était qu’un plagiaire d’Hipparque, car elle rend enfin possible une comparaison au moins partielle des deux ouvrages.

Ensuite, Emanuel Zingg, philologue et historien de l’Antiquité associé au Centre Léon Robin, nous a présenté une découverte inédite : un nouveau fragment sur une princesse malheureuse à la cour vandale contenu dans le palimpseste Coislin 393 de la BnF.

BnF, Coislin 393, f. 52r (dans le sens de lecture du texte sous-jacent). Numérisation multispectrale réalisée par EMEL dans le cadre d’une collaboration avec le CNRS et la BnF (juin 2023).
La photographie de gauche est en lumière visible (prise de vue D. Kasotakis).
L’image au centre est le résultat du post-traitement informatique à partir de plusieurs prises de vues éclairées à différentes longueurs d’onde (K. Knox).
L’image de droite montre la reconstitution du texte sous-jacent par E. Zingg.

Pour finir, Alexandre Tur a conclu la séance en évoquant les perspectives de recherche à la BnF concernant les palimpsestes. Il est d’abord revenu sur les dernières campagnes de prises de vue menées entre octobre 2021 et novembre 2023, avec les spécialistes du Centre for the Study of Manuscript Cultures (Université de Hambourg), de l’Early Manuscripts Electronic Library, ou encore du service Images de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (CNRS). L’un des objectifs était de normaliser ces partenariats en rédigeant une convention modèle pour garantir que ces campagnes se déroulent de la même façon — dans les meilleures conditions de prise de vue et de sécurité des collections — et que leurs résultats soient exploitables selon les mêmes modalités juridiques et numériques. Il est notamment important pour la BnF de conserver une copie des résultats obtenus sous la forme d’image brutes ou retraitées. Parmi les projets de recherche à venir, il y a tout d’abord celui retenu au plan quadriennal de la recherche 2024-2027, « Imagerie scientifique appliquée aux palimpsestes et documents difficilement lisibles » qui a pour but d’établir un catalogue de palimpsestes grecs et latins ainsi que de collecter des images déjà existantes, complétées par de nouvelles prises de vue. Un autre projet, intitulé  « Normalisation de l’imagerie multispectrale pour la lecture des palimpsestes », en partenariat avec le CSMC et l’IRHT, a été soumis à l’appel à manifestations d’intérêt Biblissima+ et vient d’être retenu. Dans un contexte de développement de l’imagerie multispectrale, plébiscitée par de nombreuses institutions et équipes de recherche, ce projet vise la rédaction de recommandations générales pour documenter et homogénéiser les prises de vues, leur post-traitement informatique, leur conservation numérique pérenne et leur diffusion.

Les textes cachés des parchemins, reportage CNRS Images en partenariat avec Le Monde, avec la participation de V. Gysembergh, C. Förstel, D. Kasotakis et K. Knox (EMEL), lors d’une campagne de prise de vue à la BnF en 2023.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lucie Ledieu (5 juillet 2024). Les palimpsestes révélés. Compte-rendu du séminaire de la recherche à la BnF du 13 mai 2024. MANUSCRIPTA : Manuscrits médiévaux conservés à la BnF. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11yan


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.