Le Roman de la Rose

Le mardi 12 juin, de 17h30 à 18h30, une rencontre Gallica est consacrée au Roman de la Rose (Bibliothèque François-Mitterrand – Salle 70) . C’est l’occasion de revenir sur un best-seller médiéval.

Le Roman de la Rose est un long poème écrit au XIIIe siècle par deux auteurs successifs : Guillaume de Lorris et Jean de Meun. Il s’inscrit dans la tradition des « arts d’aimer » inspirés d’Ovide. Prenant la forme d’un songe allégorique, il conte la quête et la cueillette d’une rose – une jeune fille – par un jeune homme, l’Amant, du coup de foudre initial à la conquête-défloration de l’Aimée. Tout à la fois délicieusement aimable et misogyne, codifié et subversif, ce long poème traite d’un sujet intemporel : l’amour, ses joies, ses écueils, ses enjeux sociaux et spirituels.

Roman de la Rose, BNF, Manuscrits, français 380, f. A (Paris, vers 1400)

Cette œuvre aborde des questions sur l’art de la séduction, la crudité du langage, la misogynie, la place de l’amour dans le destin de l’humain qui restent d’une étonnante modernité. Le Roman de la Rose, « Art d’aimer » courtois et érudit, est l’ouvrage profane le plus copié au Moyen Âge après la Divine Comédie de Dante : près de 300 manuscrits en ont été conservés. Lu, cité, admiré, il a séduit des générations de lecteurs entre la fin du XIIIe et le début du XVIe siècle et connait aujourd’hui une nouvelle fortune grâce aux images numériques des manuscrits accessibles en ligne.

Roman de la Rose, BNF, Manuscrits, français 1572, f. 3 (Paris, 2e quart du XIVe s.)

Un « art d’aimer » courtois

La première partie du Roman de la Rose est un art d’aimer courtois, dans la tradition revisitée de la fin’amor des troubadours et de l’épopée romanesque. On retrouve le modèle lyrique du « service d’amour » à la dame, avec ses délicieux motifs de l’ « enamourement », des « commandants d’amour » et du « service vassalique ». Des romans chevaleresques, ce poème reprend la narration de l’aventure, de la quête et du lieu merveilleux.

Roman de la Rose, BNF, Manuscrits, français 1565, f. 1 (Paris, 1352)

Le songe se déroule au printemps, temps des amours et du réveil de la nature. Le songeur est un tout jeune homme, enclin à se laisser entraîner dans une aventure amoureuse. Après avoir quitté la ville et folâtré dans une nature radieuse, il aborde un jardin cerné de hauts murs, d’où s’échappe une délicieuse musique. Sur les murs extérieurs du jardin sont représentées dix figures allégoriques représentant tout ce qui s’oppose à l’amour : Haine, Félonie, Vilenie, Convoitise, Avarice, Envie, Vieillesse, Tristesse, Pauvreté… La belle portière du jardin, Oiseuse, allégorie de la séduction féminine, convainc le narrateur de franchir le seuil du jardin d’Amour. Guillaume de Lorris a doté Oiseuse de l’attribut du miroir : à la fois symbole du pouvoir de séduction féminin et emblème médiéval du savoir, il renvoie au corps et au désir mais aussi à Dieu, car le monde créé est un reflet du divin.

Roman de la Rose, BNF, Manuscrits, français 1567, f. 14 (Paris ?, vers le milieu du XIVe s.)

Dans le jardin, s’ébattent en une farandole (la carole) les allégories de l’amour courtois : Richesse, Beauté, Franchise, Jeunesse ainsi que le Dieu d’Amour et son double, Doux Regard, symbole du « coup de foudre », de la naissance de l’amour. Délaissant la danse, l’Amant part à la découverte du Verger et s’approche du miroir périlleux que constitue la fontaine de Narcisse, du nom de l’antique amoureux dédaigneux de l’amour, qui, par punition, est tombé amoureux de son propre reflet. Narcisse permet de dénoncer des valeurs anti-courtoises : l’orgueil et le mépris des autres. Le songeur aperçoit dans l’eau de la fontaine le reflet d’un buisson de roses en boutons. Amour décoche alors au narrateur cinq flèches qui l’atteignent à l’œil. Le songeur se fait le vassal du Dieu d’Amour, en un cérémonial calqué sur celui de l’hommage vassalique.

Roman de la Rose, BNF, Manuscrits, français 19156, f. 12 (Paris, 1320)

Il n’a désormais de cesse de conquérir l’objet de son inclination. Il se heure alors à Jalousie, Honte, Peur et Danger, qui représentent la résistance de la jeune fille, les interdits familiaux et sociaux. Encouragé par Bel Accueil, qui symbolise le naturel confiant de la demoiselle, l’Amant embrasse la rose. Jalousie érige alors une forteresse autour du rosier et enferme le trop conciliant Bel Accueil.

C’est sur ce retournement de situation que le récit de Guillaume de Lorris prend fin. Lui succède alors le second auteur, Jean de Meun, qui prolonge le poème d’environ 18 000 vers, quand le poème de Guillaume n’en comptait que 4 000.

Roman de la Rose, BNF, Manuscrits, français 1567, f. 29 (Paris ?, vers le milieu du XIVe s.)

Un miroir aux amoureux

Le récit de Jean de Meun est caractérisé par de fréquentes suspensions de la progression narrative au profit de longs exposés digressifs. En parallèle de conseils tactiques à l’Amant, il prodigue un condensé de culture universitaire. Jean substitue à la délicate poésie de Guillaume une cartographie de l’Amour plus cynique. Différentes personnifications lui permettent d’explorer plusieurs situations amoureuses allant de la chaste amitié à l’enfer conjugal, en passant par la ruse, la vénalité ou l’amour libre.

Raison est la première à livrer sa démonstration. Elle condamne l’amour comme un bonheur pervers et enjoint le narrateur de fuir. Elle met l’Amant en garde contre les revers de Fortune à grand renfort d’exemples mythologiques. Quant au plaisir, elle affirme qu’il a été créé par Nature dans un but unique : la perpétuation de l’espèce. Ainsi, tout en réprimant la passion, elle légitime le recours à un vocabulaire très cru pour parler du corps sexualisé. Ce personnage rencontre l’Amant deux fois dans le Roman de la Rose : chez Guillaume de Lorris puis chez Jean de Meun. Par deux fois, elle tente de détourner l’Amant de sa passion amoureuse, au profit de formes d’attachement plus durables, comme l’amitié. L’Amant se laisse ensuite tenter par la ruse, le mensonge et la corruption, vantés par Ami comme les plus sûrs moyens de conquérir une femme. Il se fait, à la manière d’Ovide, le conseiller des ruses de l’Amant et livre, par la voix d’un mari jaloux, une diatribe violemment misogyne et d’acerbes critiques contre le mariage. Ovide et Jean de Meun s’accordent en effet sur ce lieu commun : les femmes sont coquettes, vénales et inconstantes.

Roman de la Rose, BNF, Manuscrits, français 19153, f. 22v (Anjou, vers 1460)

L’action proprement dite, suspendue par les discours de Raison et d’Ami, reprend alors : Amour réunit ses barons et prépare le siège et l’assaut du château de Jalousie. Le dieu d’Amour s’étonne de la présence, dans son armée, de Faux Semblant – figure de l’hypocrisie religieuse -, Abstinence Contrainte – image d’une certaine forme de renoncement – assure qu’il l’a souvent aidée. Faux Semblant apparaît sous les traits d’un ermite ; Abstinence Contrainte sous ceux d’une religieuse bénédictine. Avec Faux Semblant, allégorie ambiguë qui incarne le contraire de ce qu’elle représente, la satire et la polémique s’invitent dans le Roman de la Rose : Jean de Meun livre ici une virulente critique des ordres mendiants, dont le succès au XIIIe siècle suscite de vives querelles parmi les religieux. Faux Semblant et Abstinence Contrainte se rendent ensuite auprès de Malebouche – la médisance – et lui coupent la langue, anéantissant ainsi l’ennemi le plus sournois de l’Amour.

Roman de la Rose, BNF, Manuscrits, français 1565, f. 72 (Paris, 1352)

La tour devient alors accessible, et la très corruptible geôlière de Bel Accueil, dite « La Vieille », chante l’amour libre au féminin, condamne le mariage comme contre nature et loue l’abandon au plaisir. La complicité de la Vieille leur étant acquise, Amour et ses troupes pénètrent dans le château : une lutte armée s’engage alors entre les barons d’Amour et leurs contraires personnifiés. Au terme d’une démonstration argumentée abordant des sujets scientifiques et théologiques difficiles, Nature et Genius, un « génie » intermédiaire entre Dieu et les hommes, légitiment et encouragent l’acte sexuel au nom de la procréation. Vénus vole alors au secours des assaillants et enflamme la forteresse de Jalousie, qui tombe aux mains des barons d’Amour : Bel Accueil est délivré et accorde les faveurs de la rose à l’Amant.

Roman de la Rose, BNF, Manuscrits, français 1567, f. 94 (Paris?, vers le milieu du XIVe s.)

Le récit se termine sur une scène de défloration parfaitement explicite, rarement représentée dans les enluminures. Au terme d’un débat solidement argumenté, le Roman de la Rose livre en effet une conclusion favorable aux forces de vie, faisant fi des tensions propres à l’amour courtois, à la morale conjugale et à l’enseignement de l’Eglise.

Roman de la Rose, BNF, Manuscrits, Rothschild 2800, f. 137v (Nord de la France, 1329)

La réception et les remaniements

Le Roman de la Rose connaît un énorme succès, rapide et durable, devenant l’œuvre la plus célèbre du Moyen Âge, avec quelque 250 copies manuscrites connues. Le Moyen Âge ignorant la propriété intellectuelle, le Roman de la Rose a fait l’objet de plusieurs citations par des auteurs ultérieurs. Dès les années 1290, Gui de Mori remanie le Roman de la Rose dans un sens chrétien. L’ouvrage a également fait l’objet de deux moralisations : Evrard de Conty, dans le Livre des échecs amoureux, vers 1400, puis Jean de Molinet et sa réécriture du Roman de la Rose, vers 1500, ont chacun donné, à cent ans d’intervalle, leur propre interprétation de l’œuvre de Guillaume de Lorris et de Jean de Meun. Le premier transpose dans un commentaire didactique les étapes de la conquête amoureuse en une partie allégorique d’échecs, dont l’enjeu est le cœur d’une jeune femme ; le second réécrit en prose le Roman de la Rose et lui donne une portée spirituelle.

Evrard de Conty, Le Livre des échecs amoureux, BNF, Manuscrits, français 143, f. 198v (Cognac, vers 1496-1498)

Après avoir lu le Roman de la Rose, Guillaume de Digulleville compose également une œuvre allégorique vers 1330-1331 (première rédaction), le Pèlerinage de vie humaine. Reprenant les codes du Roman de la Rose, il invite son lecteur à entreprendre une quête initiatique, spirituelle plutôt qu’amoureuse.

La querelle du Roman de la Rose

Le Roman de la Rose a suscité, au début du XVe siècle, la première querelle littéraire française dans laquelle s’illustra Christine de Pizan. « Pourquoi appeler le Roman de la Rose « art d’aimer » ? » s’insurge-t-elle : « C’est bien plutôt l’art d’enseigner aux hommes les mauvaises ruses pour tromper les femmes. L’attaque du château de Jalousie ne les livrent-elles pas à honte et à débauche ? »

La Querelle du Roman de la Rose oppose alors deux groupes de savants : Christine de Pizan, poétesse de talent, et Jean Gerson, chancelier de l’Université de Paris et moraliste de renom, contre Jean de Montreuil, prévôt de Saint-Pierre de Lille et notaire et secrétaire du roi, Pierre et Gontier Col.

Christine de Pizan, Le Livre de la Cité des dames, BNF, Manuscrits, français 607, f. 2 (Paris, vers 1405)

Pour aller plus loin :


Une réflexion sur « Le Roman de la Rose »

  1. Excellente présentation du Roman de la rose bien replacé dans son contexte et bien illustré par de magnifiques enluminures de plusieurs manuscrits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.