Le Roman de Renart

Le Roman de Renart n’est en vérité pas vraiment un roman, du moins pas au sens moderne du terme. Il s’agit en fait d’un recueil de textes écrits en langue romane aux XIIe et XIIIe siècles, par des auteurs presque tous anonymes. Ce long texte se compose de récits disparates, appelés « branches », issus d’une longue tradition de récits animaliers en latin qui remonte, entres autres influences, à Ésope et ses fables.

Roman de Renart, BNF, Manuscrits, Français 12584, f. 59

On dénombre 25 à 27 branches de 300 à 3000 vers, soient quelque 25000 vers. La plus ancienne branche remonte aux années 1170, les plus récentes vers 1250. Dès le XIIIe siècle, les branches sont regroupées en recueils, sans ordre ni chronologie, auxquels des effets d’intertextualité confèrent une certaine unité. Si la partie la plus ancienne adopte l’ironie d’un conte animalier comique, les branches plus récentes ont une tonalité complètement anthropomorphique, dessinant une société animale organisée, où chaque espèce est dotée d’un nom propre, d’une fonction et d’un trait de caractère : ainsi, la société animale est-elle structurée et fonctionne comme la société médiévale. Cette satire prend divers aspects : parodie des chansons de geste et des romans courtois, mais aussi critique sociale, anticléricalisme et transgression de tabous.

Les plus anciennes branches du Roman de Renart narrent le long conflit qui oppose le goupil et les autres animaux de la forêt et de la basse-cour – Chantecler le coq, Tibert le chat, Tiécelin le corbeau, Brun l’ours et surtout son pire ennemi, le loup Ysengrin. Un prologue en souligne l’originalité : non plus un sujet antique comme le Roman de Troie ou l’histoire de Tristan, mais « les aventures et les exploits de Renart » et « la terrible guerre qui l’oppose à Ysengrin. »

Roman de Renart, BNF, Manuscrits, Français 12584, f. 76

 

Un héros complexe et polymorphe

Au gré de cette épopée animale, le goupil (à l’époque, nom commun du renard) incarne tout l’éventail de la ruse, de l’amusante plaisanterie au tour le plus machiavélique.

Selon les branches du récit malhonnête ou malicieux, bon petit diable ou redresseur de torts, obsédé sexuel ou démon hypocrite, le héros surmonte tous les coups du sort grâce à sa ruse. Issu des traditions de la fable antique et du bestiaire médiéval, doué de parole et d’une intelligence inquiétante, Renart se trouve à la frontière entre l’humain et l’animal. Chaque aventure offre en effet de nouveaux rebondissements mettant en scène un monde animal aux caractères singulièrement humains. Renart ne respecte rien, ni amis ni ennemis, ni forts ni faibles, ni Dieu ni roi. Anti-héros insoumis, Renart donne ainsi à son public l’opportunité de s’affranchir brièvement de la morale et des normes sociales. L’inversion des hiérarchies naturelles donne un ton carnavalesque au roman : les animaux parlent (et maitrisent même le latin).

Roman de Renart, BNF, Manuscrits, Français 1580, f. 20

 

Le pendant populaire de la littérature épique et chevaleresque

Le Roman de Renart livre, sous l’argument animalier, une parodie des genres nobles et des traditions littéraires telles que les chansons de geste, les romans courtois et la poésie lyrique, et une critique sociale. A ces traditions érudites, les auteurs mêlent des éléments du folklore populaire, tout en se complaisant dans l’usage le plus licencieux de la langue. Ils parviennent ainsi à unir leur auditoire par le rire féroce, parfois graveleux, mais libérateur. Malgré ses origines lettrées, le roman a été et demeure un grand succès populaire.

Roman de Renart, BNF, Manuscrits, Français 1581, f. 6v

 

Une satire de la société médiévale

Participant de la veine parodique et satirique, cette épopée héroï-comique offre un reflet des institutions et du fonctionnement de la société féodale des XIIe et XIIe siècles. Elle décrit un monde hiérarchisé où règne la violence, où il faut sans cesse se battre pour manger et survivre. Au-delà d’une misogynie vindicative et du mépris affiché à l’égard des vilains et des curés de campagne, le Roman de Renart exprime une véritable méfiance envers l’ordre féodal et en particulier la justice royale. La satire n’épargne pas les représentants de l’Église : moines gloutons et naïfs, prêtres ignares et débauchés, offices célébrés par des animaux, canonisations douteuses, larrons échappant à la potence en affectant de se convertir… Les auteurs du Roman de Renart ne manquent pas une occasion de railler une institution dont ils connaissent bien les travers, tout en lui demeurant attachés.

Roman de Renart, BNF, Manuscrits, Français 1581, f. 4

 

Postérité

À la fin du XIIIe siècle, Jacquemart Gielée reprend les mêmes personnages pour écrire une œuvre d’édification morale à la forme allégorique et symbolique, Renart le Nouvel, où Renart devient l’incarnation du Mal, maître du monde. Plus clairement polémiques et dirigées contre les Ordres Mendiants, deux autres œuvres du XIIIe siècle utilisent la forme du Roman de Renart : Renart le Bestourné de Rutebeuf (vers 1261) et le Couronnement de Renart.

Au XIVe siècle, enfin, un clerc défroqué de Troyes donne une derrière version de Renart, sans volonté de faire une imitation, mais bien de « contrefaire » : son but est de prendre le masque de Renart pour dénoncer avec âpreté la corruption et l’hypocrisie de la société et les vices de son temps. Son Renart le Contrefait passe en revue tous les états et accorde une place de choix à la bourgeoisie. C’est la dernière forme prise par le Roman de Renart au Moyen Âge. Deux rédactions sont entreprises : l’une entre 1319 et 1322, l’autre, plus importante et d’un style plus assuré, de 1328 à 1342.

Renart le Nouvel, BNF, Manuscrits, Français 1581, f. 57

 

Renart consacré par la littérature

Renart, héros acerbe et subversif, a séduit les lecteurs européens : souvent drôles et légers, parfois cruels et mordants, ces récits parodiques connaissent très vite un immense succès. Dès le Moyen Âge, ses aventures ont été traduites en allemand, en flamand, en italien et en anglais. Le filou dont l’espièglerie a profondément influencé notre histoire littéraire a su conserver les faveurs de son public. En cette fin du Moyen Âge, le personnage de Renart est si populaire que son nom, écrit avec un d, entre dans la langue française pour désigner l’animal, remplaçant l’ancien terme de « goupil », qui disparait alors.

Roman de Renart, BNF, Manuscrits, Français 12584, f. 15v

 

Pour en savoir plus :

  • Le Roman de Renart, une exposition virtuelle de la BnF.
  • Delphine Mercuzot, Jean-Luc Masbou et Alain Ayroles, Le Roman de Renart, Paris : BnF, 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.