Magiques Licornes au Musée national du Moyen Âge (du 14 juillet 2018 au 25 février 2019)

La Bibliothèque nationale de France a consenti un prêt remarquable à l’occasion de l’exposition « Magiques Licornes », qui marque la réouverture du Musée national du Moyen Âge – Musée de Cluny. Le commissariat de l’exposition a été confié à Béatrice de Chancel-Bardelot, conservateur général au musée de Cluny. Pour des raisons de conservation, les manuscrits ne peuvent être exposés pendant toute la durée de l’exposition, du 14 juillet 2018 au 25 février 2019, ce qui suppose des rotations de trois mois. Les œuvres prêtées par le département des Manuscrits permettent de retracer l’histoire livresque de la licorne.

Français 1877, La fleur de vertu, vers 1530, f.65.

L’apparition de la Licorne dans les Bestiaires Médiévaux

Dès l’Antiquité, scientifiques et voyageurs évoquent des créatures fabuleuses à une seule corne (unicornis), vivant dans des contrées lointaines. La licorne serait ainsi mentionnée et décrite dans les textes de plusieurs auteurs antiques, à l’instar de Ctésias, Aristote ou Mégasthénès. Pline l’Ancien, dans ses Histoires naturelles, parle de monokeros, c’est-à-dire d’animal à une corne, pour évoquer le rhinocéros. Le vocable « licorne » n’apparaît qu’au XIVe siècle, emprunté à l’italien alicorno.

La licorne telle que nous la représentons est une création du Moyen Âge occidental. Comme l’a souligné Michel Pastoureau, la licorne est un animal essentiellement livresque aux XIIe et XIIIe siècles. Elle est présente dans le texte et dans l’illustration des bestiaires. Cette licorne des XIIe et XIIIe siècles est souvent proche d’une chèvre ou d’une biche, de couleur fauve, ou de toute couleur qui convient à l’enlumineur.

Italien 545, Triomphes, François Pétrarque, Florence, 1457, f.25v.

Ainsi les licornes italiennes ont-elles une apparence caprine, voire camélidée, et une teinte brun clair, comme en témoigne le manuscrit Italien 545 des Triomphes de Pétrarque. Sa corne est parfois légèrement sinueuse, parfois très courte. Les artistes représentent volontiers la licorne de façon stylisée, avec un corps exagérément svelte et arqué, comme le montre l’aquamanile du musée de Cluny. Souvent très longue et ostensiblement torsadée, la corne est parfois légèrement incurvée.

Certains lui attribuent des propriétés médicales et morales telles que la purification de l’eau, d’où son utilisation sous la forme d’un aquamanile.

Français 138, Livre de la Toison d’or, Guillaume Fillastre, Licorne trempant sa corne dans la fontaine f.117v.

Dans la bordure du feuillet exposé, une licorne purifie l’eau en y plongeant sa corne. Cette image se retrouve dans les Dits moraux pour faire tapisserie de Henri Baude.

 

Français 24461, Dits moraux pour faire tapisserie, Henri Baude, Bourbonnais, vers 1490-1515, f.6-7r.
Français 216, Livre des propriétés des choses, Barthélemy l’Anglais, traduction française, première moitié du 16e siècle, f.283.

La licorne figure parmi les animaux cités par les encyclopédies comme le Livre des Propriétés des Choses (traduction Jean Corbechon), dans lequel le franciscain Barthélemy l’Anglais (XIIIe siècle) compile des notions scientifiques tirées des auteurs sacrés et profanes.

Pour autant, sous l’influence notamment de récits de voyageurs qui affirment l’avoir aperçue en Orient, certains auteurs présentent la licorne comme un animal puissant, agressif, voire malfaisant. Marco Polo, par exemple, décrit la licorne comme une « bête très laide à voir » (il s’agit sans doute du rhinocéros de Java).

 

La licorne, un mythe chrétien

La tradition du Physiologus, modèle antique des bestiaires médiévaux, retient la licorne parmi les quarante-neuf animaux présentés pour l’édification des chrétiens. La licorne est décrite comme « un petit animal, qui ressemble au chevreau, et qui est tout à fait paisible et doux », mais « d’une force telle que les chasseurs ne peuvent l’approcher ».

À l’inverse, la licorne peut être associée avec l’animal cornu et menaçant cité dans la Bible. Sans doute à cause d’une traduction erronée d’un terme hébreu, la Vulgate évoque en effet à sept reprises la licorne, notamment dans les Psaumes et le Livre de Job où elle apparaît comme un animal malfaisant et violent. Saint Basile avertit ainsi le croyant : « Prends garde à toi, ô homme, et défie-toi de la licorne, c’est-à-dire du démon, car elle fait aisément le mal et le trame contre les hommes ». Saint Bernard enjoint l’homme de lutter contre ses démons, « la rage du lion, l’impudeur du bouc, la férocité du sanglier, l’orgueil de la licorne ».

Français 6448, La légende dorée, Jacques de Voragine, milieu du 15e siècle, f.45v. Saint Antoine (Antonius Eremita) et les attributs de la licorne et du lion.

Jacques de Voragine évoque la licorne à des fins apologétiques et symboliques. L’animal est pour lui symbole de mort, comme l’illustre le manuscrit Français 6448 : « La licorne est la figure de la mort, qui poursuit l’homme sans cesse et qui aspire à le prendre ».

Français 11, Antiquités judaïques, Flavius Josèphe, vers 1480-1483, f.3v. Mariage d’Adam et Ève

La licorne, puisqu’elle a été créée par Dieu, conserve cependant une dimension positive : dans le manuscrit Français 11 des Antiquités judaïques, une magnifique licorne figure parmi les animaux de la création témoins, dans un paradis luxuriant, de l’union d’Adam et Ève bénie par Dieu. La licorne repose près du Fleuve de Vie qu’elle contemple. La licorne est également présente au sein du jardin luxuriant de la Cité de Dieu de Saint Augustin, manuscrit Français 19.

Français 19, La Cité de Dieu, Saint Augustin, traduction française, entre 1469 et 1473, f.16.

Entre 1351 et 1352, Pétrarque entreprend la rédaction des Triomphes, poèmes allégoriques en tercets. Le poète italien est spectateur d’une vision philosophique et morale qu’il raconte en six tableaux : le Triomphe de l’Amour, le Triomphe de la Chasteté, le Triomphe de la Mort, le Triomphe de la Renommée, le Triomphe du Temps et le Triomphe de l’éternité. L’artiste a représenté le char de triomphe de la Chasteté tiré par deux licornes, emblèmes de virginité. La licorne, que seule une vierge peut approcher, représente la pureté et la chasteté.

 

Ferveur et symbolique médiévale de la licorne

À la fin du Moyen Âge, la licorne est, comme aux siècles précédents, citée dans la littérature de voyage, les encyclopédies, les récits historiques ou légendaires. Mais elle bénéficie également d’une certaine ferveur dans les collections ou dans les objets de la vie quotidienne. Avec ses vertus et pouvoirs variables, elle apparaît aussi dans des contextes nouveaux : allégorie, emblème, héraldique…

Français 1877, La fleur de vertu, vers 1530, f.65.

Symbole de chasteté et d’innocence, la licorne aime à s’endormir sur le sein d’une jeune vierge. Les chasseurs en profitent pour la tuer, et prendre sa longue corne aux pouvoirs médicaux. Le motif de la dame à la licorne est une source d’inspiration inépuisable, dans la poésie lyrique comme dans l’art (miniatures, ivoires, et surtout tapisseries – dont la très célèbre Dame à la Licorne conservée à Paris au Musée national du Moyen Âge).

La licorne devient un symbole courtois. Réfugié au sein de la femme tenant à la main un miroir, l’homme endormi, identifié à la licorne, se laisse prendre au piège de l’amour. Le Roman de la Dame à la licorne et du beau chevalier au lion au XIVe siècle évoque la délivrance de la dame à la licorne par le chevalier au lion.

Le XVIe siècle marque l’engouement sans précédent pour la licorne, en particulier en France, mais aussi en Italie ou dans le monde germanique. En raison de sa rapidité supposée, du pouvoir magique de sa corne, de son caractère exceptionnel, elle est volontiers employée en support d’armoiries, comme c’est le cas dans la tenture de La Dame à la licorne. La licorne est aussi associée à d’autres vertus, comme la Tempérance.

Français 12247, Traité sur les vertus cardinales, vers 1510, contreplat supérieur. François Desmoulins, Lyon, vers 1510, Plat de reliure peint par Robinet Testard pour Louise de Savoie

Le contreplat supérieur du Traité sur les vertus cardinales fait ainsi figurer des animaux associés aux vertus cardinales : la Prudence tient un dragon ailé, la Force un lion, la Justice un échassier, la Tempérance, c’est-à-dire la modération, une licorne.

 

Pour en savoir plus :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.