Tous les articles par Clémence Pelletier

Esquisse de l’histoire de quelques manuscrits de Corbie

L’abbaye royale de Saint-Pierre de Corbie, fondée entre 657 et 661 par Bathilde, la veuve du roi Clovis II, fut notamment connue pour la richesse de sa bibliothèque, renfermant tant des manuscrits copiés sur place que des manuscrits acquis auprès d’autres monastères. Cette bibliothèque fut prospère pendant de nombreux siècles, avant de connaître une période de déclin et de négligence au seizième siècle, au cours de laquelle un certain nombre de manuscrits rares furent perdus, et qui aboutit, à l’issue de la guerre franco-espagnole, en 1638, au transport de quatre cents manuscrits parmi les plus précieux vers la bibliothèque de Saint-Germain-des-Prés (Jones : 191-4 ; 201).

Nous nous intéresserons ici à sept manuscrits qui ont appartenu à Corbie et ont fait partie des quatre cents manuscrits transportés à Saint-Germain-des-Prés en 1638 : les manuscrits latins de la Bibliothèque nationale de France 12957, 12958, 12960, 13026, 13955, 13957 et 14088. Ils recèlent de multiples annotations et indices témoignant de leur histoire, dont certains leur sont spécifiques et attestent de leur parcours particulier, et dont d’autres sont communs à plusieurs d’entre eux, voire à tous, et montrent que ces manuscrits ont partagé une même trajectoire à certains moments de leur histoire. Leur étude nous permettra ainsi d’avoir un aperçu de l’histoire générale de la bibliothèque de Corbie et du devenir de ses manuscrits.

Continuer la lecture de Esquisse de l’histoire de quelques manuscrits de Corbie

Un recueil grammatical et poétique en pièces détachées

Un manuscrit discret

La rubrique des « manuscrits sans confinement » met sur le devant de la scène des manuscrits médiévaux remarquables des collections de la BnF, et, à ce titre, on découvrira dans cette rubrique de vrais chefs-d’œuvre, qui fascineront autant par leurs décorations que par leur contenu. Cependant, tous les manuscrits médiévaux ne peuvent se targuer de posséder de magnifiques enluminures, schémas ou illustrations, de contenir un écrit autographe ou unique, ou encore d’être le témoin le plus ancien d’un auteur illustre. Nombreux sont les manuscrits d’aspect presque banal, dépourvus de décoration et dont le contenu peut paraître abscons ou peu digne d’intérêt. Pourtant, même les manuscrits apparemment les plus modestes peuvent receler des richesses, des richesses qui ne sont pas forcément évidentes, ni éblouissantes, mais néanmoins remarquables. C’est l’un de ces manuscrits que je me propose d’aborder.

Le manuscrit latin 13026 est un manuscrit du IXe siècle en minuscule caroline. Il contient des traités de grammaire, un traité de métrique et un certain nombre d’œuvres ou d’extraits d’œuvres en vers. Continuer la lecture de Un recueil grammatical et poétique en pièces détachées