Archives de catégorie : Actualités

Journée d’étude sur la restauration des ivoires du Sacramentaire de Drogon (BnF Latin 9428), 12 octobre 2020

Une journée d’étude est consacrée à la présentation des résultats de la restauration des ivoires du Sacramentaire de Drogon (BnF latin 9428). Ce fleuron de la Renaissance carolingienne, conservé au département des Manuscrits de la BnF, est doublement célèbre par son histoire prestigieuse et le luxe de sa décoration. Ce manuscrit liturgique a été commandé entre 826/837 et 855 par l’évêque de Metz Drogon, fils illégitime de Charlemagne et grand mécène de son temps, et a fait partie du trésor de la cathédrale de Metz jusqu’à la Révolution. Il a reçu un luxueux décor, composé d’enluminures et d’une reliure d’orfèvrerie ornée de 18 plaques d’ivoire sculpté. Ces plaques d’ivoire ont été remontées à l’époque moderne dans un ordre différent et enchâssées dans une nouvelle monture d’argent.

La restauration des plaques et de la monture, financée par un généreux don de Michael I. Allen aux American Friends of the National Library of France via la King Baudouin Foundation United States, a été récemment menée dans le cadre du programme de restauration des reliures précieuses du département des Manuscrits en vue de leur exposition dans le futur musée Richelieu. Elle a permis de faire des découvertes majeures concernant la fabrication des plaques d’ivoire et leur assemblage d’origine et d’ouvrir ainsi de nouvelles pistes de recherches sur les ivoires de cette époque, leur origine, les procédés de fabrication et leur iconographie, ainsi que sur l’histoire du trésor de la cathédrale de Metz, exceptionnellement riche en ivoires carolingiens.

Cette journée d’étude interdisciplinaire organisée par la Bibliothèque nationale de France et le musée du Louvre, dans le sillage du partenariat scientifique que les deux institutions ont noué autour de l’exposition « Reliures précieuses dans les collections de la BnF au musée du Louvre » (novembre 2017- juillet 2018), présentera les premiers résultats de ces découvertes.

Journée d’étude organisée par Charlotte Denoël, BnF, Maxence Hermant, BnF, Florian Meunier, musée du Louvre.

12 octobre 2020

Auditorium Colbert, 2 rue Vivienne, 75002

En raison du contexte sanitaire, la capacité de l’auditorium Colbert est limitée à 100 personnes.

Inscription obligatoire via le lien suivant : https://drogon.sciencesconf.org/

Programme et pour en savoir plus: https://www.bnf.fr/fr/agenda/le-sacramentaire-de-drogon-et-les-ivoires-de-metz

Restauration de la reliure du psautier de charles le Chauve

Le département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France conserve l’une des plus grandes collections au monde de reliures précieuses à plaques d’ivoire et / ou d’orfèvrerie. Cet ensemble, qui couvre une large période allant du VIe au XVIIIe siècle, est composé d’une quarantaine de volumes. Parmi eux figurent l’insigne Psautier de Charles le Chauve (Latin 1152) dont la reliure est la seule d’époque carolingienne qui nous soit parvenue sans modification majeure. Cette reliure a été restaurée en 2019 grâce au mécénat de Michael I. Allen. Elle sera présentée dans le musée du site Richelieu qui ouvrira à la fin des travaux de rénovation de celui-ci.

BnF, Mss., Latin 1152. Psautier de Charles le Chauve. Plat supérieur (après restauration)

Continuer la lecture de Restauration de la reliure du psautier de charles le Chauve

Les mystères du sublime

Datable du premier siècle de notre ère, le traité sobrement intitulé « Du Sublime » (Περὶ ὕψους) constitue un des sommets de la critique littéraire antique, remis à l’honneur par Boileau, son premier traducteur, qui l’utilisa dans la Querelle des anciens et des modernes.

Qu’est-ce que le sublime ? C’est « l’excellence et la souveraine perfection du discours » (I, 3). Même si la maîtrise technique y contribue, le sublime ne s’obtient pas par une servile reproduction des préceptes oratoires – l’auteur traite d’ailleurs avec mépris les « technographes » ou rédacteurs de manuels tout autant que ceux qui s’en tiennent simplement à une correction oratoire sans défauts  –, mais par une confluence des dons de la nature et du contrôle exercé par la méthode. Sorte de trait de génie littéraire, le sublime provoque chez l’auditeur non pas la persuasion, mais l’extase ; il « confère au discours un pouvoir, une force irrésistible  qui domine entièrement l’âme de l’auditeur » ; en un mot , il est « comme la foudre » (I, 4). Continuer la lecture de Les mystères du sublime

Livre de dévotion et manuel d’enseignement : le psautier à la cour de France au XIIIe siècle

Livre de prière dédié à la dévotion privée bien représenté dans les librairies princières, le psautier servit dès le XIIIe siècle de livre pédagogique pour les enfants royaux. « Cist psaultiers fuit mon seigneur saint Looys qui fu roys de France, ouquel il aprist en s’enfance », lit-on au f. 30v du psautier conservé à la Bibliothèque universitaire de Leyde, le ms. BPL 76A. Ainsi l’image du dauphin s’exerçant à la lecture sous la direction d’un clerc, peut-être son confesseur, en présence de Blanche de Castille, a-t-elle été représentée à plusieurs reprises[1].

[1] BnF, Français 2813, f. 265 (Grandes Chroniques de France, « Geste de saint Louis ») ; Français 5716, f. 16 (Guillaume de Saint-Pathus, Vie et miracles de saint Louis) ; NAL 3145, f. 85v (Heures de Jeanne de Navarre, « Heures de saint Louis »).

NAL 3145, f. 85v (Heures de Jeanne de Navarre) : saint Louis enfant apprenant à lire

Continuer la lecture de Livre de dévotion et manuel d’enseignement : le psautier à la cour de France au XIIIe siècle

Le Psautier de Paris : un chef-d’œuvre de la ‘renaissance macédonienne’

Parmi les livres bibliques circulant dans le Moyen Âge byzantin, le livre des Psaumes est, avec les tétraévangiles, l’un des plus diffusés : plus de 600 exemplaires en sont encore conservés de nos jours. L’un des plus remarquables est le Psautier de Paris, le manuscrit Grec 139 de la Bibliothèque nationale de France, qui date du milieu du Xe siècle. Continuer la lecture de Le Psautier de Paris : un chef-d’œuvre de la ‘renaissance macédonienne’

Un recueil grammatical et poétique en pièces détachées

Un manuscrit discret

La rubrique des « manuscrits sans confinement » met sur le devant de la scène des manuscrits médiévaux remarquables des collections de la BnF, et, à ce titre, on découvrira dans cette rubrique de vrais chefs-d’œuvre, qui fascineront autant par leurs décorations que par leur contenu. Cependant, tous les manuscrits médiévaux ne peuvent se targuer de posséder de magnifiques enluminures, schémas ou illustrations, de contenir un écrit autographe ou unique, ou encore d’être le témoin le plus ancien d’un auteur illustre. Nombreux sont les manuscrits d’aspect presque banal, dépourvus de décoration et dont le contenu peut paraître abscons ou peu digne d’intérêt. Pourtant, même les manuscrits apparemment les plus modestes peuvent receler des richesses, des richesses qui ne sont pas forcément évidentes, ni éblouissantes, mais néanmoins remarquables. C’est l’un de ces manuscrits que je me propose d’aborder.

Le manuscrit latin 13026 est un manuscrit du IXe siècle en minuscule caroline. Il contient des traités de grammaire, un traité de métrique et un certain nombre d’œuvres ou d’extraits d’œuvres en vers. Continuer la lecture de Un recueil grammatical et poétique en pièces détachées

Un somptueux Manuscrit de Laurent le Magnifique offert a Charles viii

Né le 1er janvier 1449, Laurent de Médicis est issu d’une des plus riches familles de Florence, propriétaire d’une banque parmi les plus importantes d’Europe. Comme son grand père, Côme de Médicis, ou son père, Pierre de Médicis, il mena de front la carrière de banquier et d’homme politique, tout en développant une activité de mécène qui lui valut le surnom de « Magnifique ».

Homme de lettres, protecteur des arts et des artistes, Laurent le Magnifique s’entoura d’un cercle humaniste et commanda un nombre important d’œuvres d’art. Il prit notamment un soin tout particulier à enrichir la bibliothèque familiale de manuscrits de luxe, richement enluminés. Cet ensemble forme aujourd’hui le cœur des collections de la Biblioteca Medicea Laurenziana de Florence. Pourtant, un des manuscrits de Laurent Le Magnifique, et non des moindres, est rapidement passé dans la collection des rois de France et est aujourd’hui conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, sous la cote Italien 548. Voici son histoire.

BnF, Mss., Italien 548, f. 1v. Page frontispice.
Continuer la lecture de Un somptueux Manuscrit de Laurent le Magnifique offert a Charles viii

La bibliothèque de l’abbaye Saint-Victor de Paris aux XIIIe-XIVe siècles

Dans le cadre de ses recherches doctorales, Ève Defaÿsse, doctorante de l’Université Lyon 2, est chercheuse associée de la Bibliothèque nationale de France au département des Manuscrits depuis 2018.

Dans un billet publié sur le carnet de la recherche à la bibliothèque nationale de France, elle présente ses travaux et premiers résultats devant la mener à une thèse intitulée « Entre cloître et université, la bibliothèque de Saint-Victor de Paris aux XIIIe-XIVe siècles ».

Continuer la lecture de La bibliothèque de l’abbaye Saint-Victor de Paris aux XIIIe-XIVe siècles

Une « histoire nationale » sous Charles V : Le ms. Français 2813 des Grandes Chroniques de France

Le 8 avril 1364, le roi Charles V héritait d’une France défaite, marquée par le traité de Brétigny et l’instabilité intérieure. Face aux prétentions de la Couronne anglaise et au déclin de l’autorité royale, un de ses premiers soucis fut d’affirmer la légitimité dynastique des Valois et de redonner son prestige au pouvoir royal. Fin stratège autant que roi lettré, il s’appuya sur une politique de légitimation culturelle dont le texte des Grandes Chroniques de France est un exemple.

Continuer la lecture de Une « histoire nationale » sous Charles V : Le ms. Français 2813 des Grandes Chroniques de France

Un curieux traité d’ingénierie médiéval

Il y a deux mois, s’achevait au musée du Louvre l’exposition dédiée à Léonard de Vinci, une occasion exceptionnelle d’admirer les manuscrits scientifiques et techniques du génie de la Renaissance. Aux nostalgiques de cette magistrale rétrospective, nous proposons de découvrir l’œuvre d’un ingénieur bien moins connu qui vécut un siècle avant Léonard : Konrad Kyeser (1366 – après 1405). Continuer la lecture de Un curieux traité d’ingénierie médiéval

Le plus ancien recueil des dialogues de Platon

Les dialogues de Platon, écrits au IVe siècle avant notre ère, nous sont transmis, de façon très fragmentaire,  par une centaine de papyrus antiques, mais c’est par l’intermédiaire de Byzance que nous sont parvenus les dialogues complets. Le plus ancien recueil et le plus célèbre est conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote Grec 1807.

Platon, République, début du premier livre, Grec 1807, f. 3

Continuer la lecture de Le plus ancien recueil des dialogues de Platon

Séminaire 2020 d’introduction à l’astronomie et à l’astrologie médiévales

Présentation de manuscrits et sphère armillaire (2019)

Pour la deuxième année consécutive, la BnF co-organise avec le projet ERC ALFA un séminaire d’introduction à l’astronomie et à l’astrologie médiévales. En cinq séances, il se donne pour objectif de couvrir l’essentiel des bases théoriques des deux disciplines, étroitement complémentaires durant la période médiévale, en partant des textes et manuscrits d’époque. Une partie de chaque séance sera dédiée, en alternance, à la présentation de manuscrits originaux de la BnF et à la description de recherches en cours dans ces domaines.

Ce séminaire est ouvert à tous mais plus particulièrement destiné à des chercheurs, débutants ou confirmés, souhaitant s’initier à l’astronomie et à l’astrologie médiévales. Une certaine familiarité avec les manuscrits médiévaux, et en particulier des connaissances de base de paléographie, d’ancien français et de latin médiéval sont préférables.

Organisation : Laure Miolo (IRIS Scripta PSL), Alexandre Tur (BnF, département des Manuscrits), avec la collaboration de Jean-Patrice Boudet et Matthieu Husson.

Continuer la lecture de Séminaire 2020 d’introduction à l’astronomie et à l’astrologie médiévales

Un manuscrit exceptionnel de la Renaissance présenté au public. Le Missel de Jacques de Beaune (3 mars 2020)

La Renaissance connaît depuis quelques années un important regain d’intérêt, comme le démontrent les nombreuses expositions qui lui ont été consacrées. Ces évènements ont été l’occasion, pour la Bibliothèque nationale de France, de présenter nombre de ses manuscrits les plus précieux. Bien que connu de longue date, l’un d’entre eux, et non des moindres, est pourtant resté en retrait. Chef-d’œuvre de l’enluminure tourangelle du début du XVIe siècle, le Missel de Jacques de Beaune (département des Manuscrits, Latin 886) n’était pas en état d’être exposé sans une importante restauration de sa reliure. Il n’était en outre pas envisageable de le numériser, les risques d’augmenter les dégradations étant très forts. La volonté de mener à bien cette restauration ne fut cependant pas oubliée et un traitement a pu être mené en 2019 dans les ateliers du département de la Conservation de la BnF.

Au terme de cette restauration, le Missel de Jacques de Beaune sera présenté au public le 3 mars 2020 dans le cadre du cycle des conférences « Trésors de Richelieu » (Auditorium de la Galerie Colbert, INHA) par Maxence Hermant, conservateur au département des Manuscrits, et Éric Bazin, restaurateur au département de la Conservation.

Missel de Jacques de Beaune, BnF, Mss., Latin 886, f. 203v
Continuer la lecture de Un manuscrit exceptionnel de la Renaissance présenté au public. Le Missel de Jacques de Beaune (3 mars 2020)

Expérimenter avec Mandragore : nouvel échantillon de données sur api.bnf.fr

Dans le cadre de réflexions sur les données de Mandragore, la base des enluminures des manuscrits de la BnF, un nouvel échantillon de données vient d’être mis en ligne sur le site BnF API et jeux de données.

Réalisé à l’occasion du stage professionnel d’une apprentie bibliothécaire au département des Manuscrits, il donne accès à un corpus de huit manuscrits entièrement segmentés, avec l’emplacement des enluminures sur les pages numérisées et l’indexation localisée des personnes et objets identifiables sur ces enluminures.

Lire la suite sur le site BnF

Les journees europeenes du patrimoine 2019 au departement des manuscrits

Les 21 et 22 septembre 2019, la Bibliothèque nationale de France participe aux Journées européennes du patrimoine. Berceau historique de la BnF, le site Richelieu sera ainsi ouvert au public. Parmi les espaces visitables figure la salle de lecture du département des Manuscrits, d’ordinaire accessible aux seuls chercheurs. Située au premier étage de l’aile Robert de Cotte dont l’édification remonte au 18e siècle, elle a été aménagée par Jean-Louis Pascal de 1880 à 1886. Elle a récemment fait l’objet d’une importante restauration, dans le cadre des travaux de rénovation du site.

Ce sera également l’occasion d’admirer deux importants et précieux manuscrits médiévaux, présentés de façon exceptionnelle pour ces Journées du patrimoine dont le thème est «Arts et divertissements».

Passion de Valenciennes en 25 journées. Aquarelle sur papier, par Hubert Cailleau. Valenciennes, 1577 ( BnF, Manuscrits, Rothschild 3010, f. 14v-15)

Avant de prendre la forme que nous lui connaissons aujourd’hui, le théâtre a connu de spectaculaires développements au Moyen Âge, dans un cadre tantôt profane, tantôt religieux. Composés de tableaux destinés à un public large, sur plusieurs jours, les mystères étaient tout particulièrement appréciés. En 1547, on organisa un mystère de la Passion à Valenciennes, dont on conserve deux rares relations figurées, la seconde étant réalisée en 1577. On y voit notamment l’intervention des diables, cherchant à troubler la conception de Marie, mais repoussés par des anges.

Tropaire-Prosaire à l’usage d’Auch. Parchemin. Auch (?), vers 1000 (BnF, Manuscrits, Latin 1118, f. 112v)

Provenant de l’abbaye Saint-Martial de Limoges, ce manuscrit est un recueil de tropes, c’est-à-dire de chants incorporés au texte de l’office, et de pièces liturgiques. Le tonaire, contenant des mélodies classées dans l’ordre des huit tons musicaux, y est illustré de façon exceptionnelle, offrant une iconographie capitale pour la connaissance de la culture musicale aux alentours de l’an mil. On y voit notamment un homme jouant du double chalumeau, accompagné d’un acrobate jonglant avec balles et couteaux.