Archives de catégorie : Focus on

Le travail d’un éditeur et imprimeur au XVIe siècle : L’exemple de Guillaume Morel et du manuscrit latin 7558

Le manuscrit latin 7558 de la Bibliothèque nationale de France est une compilation de la première moitié du IXe siècle regroupant tant des textes grammaticaux, comme le De schematibus et tropis de Bède ou l’ouvrage anonyme des Cunabula, que des œuvres poétiques, notamment d’Ausone et de Paulin de Nola, ou encore de Florus de Lyon. Non seulement la paléographie, mais également le contenu de ce manuscrit, qui comporte un grand nombre de textes dont la transmission est essentiellement lyonnaise (les poèmes de Florus, les Cunabula, les poèmes d’Ausone et de Paulin, etc.), permettent à A.-M. Turcan-Verkerk (2003 : p. 36-37) de le supposer originaire de Lyon.

Si, au cours des siècles, le 7558 a suscité l’intérêt de nombreux commentateurs, c’est pour le témoignage qu’il apporte concernant la tradition de textes déjà connus par ailleurs, ceux de Paulin, de Florus, mais aussi et surtout pour les poèmes dont il fournit l’unique témoignage : l’Alethia de Claudius Marius Victorius, les Versus Drepani de cereo Paschali, le De obitu Baebiani, les Laudes domini de l’anonyme d’Autun et les Epigramma d’un certain Paulin, parfois identifié à l’évêque de Béziers (cf. E. Griffe, 1956 : p. 187-194) ; tous ces poèmes ne se trouvent dans aucun autre manuscrit que le 7558, et, à ce titre, ce dernier est extrêmement important.

L’attention portée au 7558 et à ses poèmes uniques a commencé dès le XVIe siècle, avec leur édition en 1560 par Guillaume Morel, imprimeur du Roi pour le grec. L’ouvrage, décrit par P. Lejay dans son article sur la question (1890 : p. 71-78), est intitulé Cl. Marii Victoris oratoris Massiliensis, Aletheias, seu Commentationum in Genesin libri III. Epigrammata varia vetusti cujusdam auctoris, inter quae sunt & aliquot psalmi versibus redditi. Hilarii, Pictaviensis episc. Genesis. Cypriani, Genesis & Sodoma. Dracontii, de Opere sex dierum. Omnia versibus, nunc primum è vetustis codicibus expressa, et contient l’Alethia, la Laus sancti Iohannis, les Laudes domini, le poème Ad Iouium, le De obitu Baebiani, les Versus Drepani et l’ensemble des poèmes de Florus, autant de pièces que Morel a tirées du 7558, et également d’autres œuvres chrétiennes en vers prélevées dans un autre manuscrit (des poèmes d’Hilarius, de Cyprianus, etc.). P. Lejay, qui a prouvé de façon définitive que Guillaume Morel avait bien usé du 7558 pour son édition, a montré en outre que Morel avait laissé derrière lui, sur le manuscrit même, un nombre conséquent de traces qui donnent un aperçu de son travail pour la constitution de son édition, et que je vous propose de passer en revue dans ce billet.

Continuer la lecture de Le travail d’un éditeur et imprimeur au XVIe siècle : L’exemple de Guillaume Morel et du manuscrit latin 7558

« LE ROMAN DE FAUVEL » OU LA SATIRE MISE EN MUSIQUE AU XIVe SIÈCLE

Conférence Cycle “Trésors de Richelieu”, 8 mars 2022, 18h15, Galerie Colbert, auditorium Jacqueline Lichtenstein

Conservateurs, historiens de l’art, spécialistes et restaurateurs partagent leur savoir et leur passion autour de manuscrits et de documents originaux, exceptionnellement sortis pour l’occasion des magasins de la BnF, de l’INHA et de l’École nationale des chartes. En lien avec la mise en scène du Roman de Fauvel au Théâtre du Châtelet par Peter Sellars et l’ensemble de musique ancienne Sequentia, cette conférence présente le manuscrit de ce poème satirique du XIVe siècle. 

Extraordinaire brûlot à l’encontre du pouvoir royal à l’aube du XIVe siècle, alors que maints scandales entachaient la monarchie capétienne, le Roman de Fauvel met en scène le cheval Fauvel, allégorie de tous les vices humains et du désordre du monde. Vers 1317, ce texte a fait l’objet d’une version augmentée qui a été réunie avec divers autres écrits dans le manuscrit Français 146. Texte, image et musique y sont savamment imbriqués dans une caricature au vitriol des puissants, qui a conservé toute son actualité aujourd’hui.

À l’occasion de la présentation de ce manuscrit, les pièces musicales qu’il renferme feront l’objet d’une performance par des voix de femmes de l’ensemble Sequentia sous la direction de Benjamin Bagby, en lien avec la mise en scène du Roman de Fauvel par Peter Sellars au Théâtre du Châtelet du 18 au 26 mars 2022.

 

Par Charlotte Denoël, département des Manuscrits, BnF, Benjamin Bagby, directeur musical de Sequentia, et Peter Sellars, metteur en scène

En partenariat avec le Théâtre du Châtelet

Cycle organisé par la BnF, l’INHA et l’École nationale des chartes.

 

Manuscrits du trésor de la cathédrale de Nevers au département des manuscrits

Le département des Manuscrits conserve un ensemble de livres liturgiques notés qui appartiennent à différentes périodes allant du Moyen Âge à l’époque moderne. Ces ouvrages livrent un témoignage riche et varié sur les pratiques liturgiques et musicales alors en vogue entre les Xe et XVIIIe siècles.  

Parmi ces nombreux manuscrits dotés de mélodies destinées à la messe ou à l’office, trois graduels – Latin 9449, Latin 908 et NAL 1235 –, deux recueils de proses – Latin 10513 et NAL 3126 – et un antiphonaire – NAL 1236 – sont issus des fonds médiévaux. Jadis ils étaient destinés à la cathédrale de Nevers ou à l’une de ses églises. Ces magnifiques livres liturgiques ont été réalisés entre les XIe et XIIe siècles et comportent une notation neumatique diastématique sous forme de signes graphiques indiquant, tels des signes de ponctuation, le tracé de la mélodie selon qu’elle monte dans l’aigu ou descend dans le grave. Plusieurs d’entre eux comprennent aussi des ajouts plus tardifs en notation carrée, le système de notation qui se substitue aux neumes à partir du XIIe siècle. Par ailleurs, deux de ces graduels, les deux recueils de proses et l’antiphonaire sont entrés au sein de la Bibliothèque nationale au XIXe siècle après avoir appartenu à des collectionneurs privés. Le Graduel de Nevers – Latin 908 – provient quant à lui de la bibliothèque du cardinal Mazarin. Cet ouvrage est entré dans les collections royales au XVIIIe siècle.   

Dans les lignes qui suivent sont exposées les caractéristiques les plus remarquables qui confèrent à ces manuscrits une valeur liturgique et artistique unique.

Continuer la lecture de Manuscrits du trésor de la cathédrale de Nevers au département des manuscrits

Arrêt sur images : de drôles de marges enluminées

A partir du milieu du XIIIe siècle et pour environ un siècle, les marges des manuscrits se peuplent de petites scènes appelées drôleries. Tout un univers foisonnant fait alors son apparition. Inspirées du bestiaire médiéval et des fables, ces représentations à portée morale mettent à l’honneur de nombreux animaux, comme la licorne, le singe, le renard ou la cigogne.

BnF, Latin 14284, f. 29, initiale historiée (ivresse de Noé) et dans les marges, créatures hybrides et deux singes jouant aux dés.

Prenons quelques exemples tirés d’un somptueux livre d’heures enluminé de la fin du XIIIe siècle conservé à la Bibliothèque nationale de France (BnF, Latin 14284). Les feuillets sont ornés d’une profusion de petits personnages, de créatures hybrides et d’animaux. La numérisation du microfilm noir et blanc est disponible dans Gallica, bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, mais vous pouvez retrouver les reproductions en couleur ainsi que les identifications des sujets représentés grâce à Mandragore, base des manuscrits enluminés de la BnF.

Certaines scènes sont bien reconnaissables, comme la chasse à la licorne (f. 4v). Une jeune femme assise tient contre elle une licorne que l’on reconnaît à sa corne. Alors qu’elle se blottit en toute confiance, un chasseur lui porte un coup fatal. En effet, dans la pensée médiévale, on ne mettait pas en doute l’existence de la licorne et on pensait que cet animal farouche ne se laissait approcher que par une jeune pucelle, d’où le stratagème d’attirer la licorne dans ce piège afin de pouvoir la capturer. Continuer la lecture de Arrêt sur images : de drôles de marges enluminées

élémentaire ! la terre, L’eau, l’air et le feu dans les enluminures du Livre des propriétés des choses

Le XIIIe siècle fut une période faste, marquée par la rédaction de nombreuses encyclopédies, comme le De proprietatibus rerum, oeuvre du franciscain Barthélémy l’Anglais. Cet ouvrage connut un succès considérable, diffusé notamment à travers les nombreuses traductions en langues vernaculaires. C’est le roi de France Charles V (1364-1380) qui fit traduire en 1372 le texte en français par son chapelain, Jean Corbechon.

BnF, Français 22531, f. 12r
Charles V et le traducteur Jean Corbechon

Intitulé Le livre des propriétés des choses, cette somme des connaissances du temps fit l’objet de plusieurs copies manuscrites somptueusement enluminées. Plusieurs exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France en témoignent. Divisée en dix-neuf livres, qui constituent autant de sections touchant aux différents domaines du savoir, cette encyclopédie aborde au quatrième livre le corps humain.

Parcourons ensemble les nombreux manuscrits enluminés de la BnF afin de comparer les miniatures qui servent de frontispice à cette partie du texte, et découvrons les partis pris des artistes pour introduire ce thème.

Continuer la lecture de élémentaire ! la terre, L’eau, l’air et le feu dans les enluminures du Livre des propriétés des choses

Esquisse de l’histoire de quelques manuscrits de Corbie

L’abbaye royale de Saint-Pierre de Corbie, fondée entre 657 et 661 par Bathilde, la veuve du roi Clovis II, fut notamment connue pour la richesse de sa bibliothèque, renfermant tant des manuscrits copiés sur place que des manuscrits acquis auprès d’autres monastères. Cette bibliothèque fut prospère pendant de nombreux siècles, avant de connaître une période de déclin et de négligence au seizième siècle, au cours de laquelle un certain nombre de manuscrits rares furent perdus, et qui aboutit, à l’issue de la guerre franco-espagnole, en 1638, au transport de quatre cents manuscrits parmi les plus précieux vers la bibliothèque de Saint-Germain-des-Prés (Jones : 191-4 ; 201).

Nous nous intéresserons ici à sept manuscrits qui ont appartenu à Corbie et ont fait partie des quatre cents manuscrits transportés à Saint-Germain-des-Prés en 1638 : les manuscrits latins de la Bibliothèque nationale de France 12957, 12958, 12960, 13026, 13955, 13957 et 14088. Ils recèlent de multiples annotations et indices témoignant de leur histoire, dont certains leur sont spécifiques et attestent de leur parcours particulier, et dont d’autres sont communs à plusieurs d’entre eux, voire à tous, et montrent que ces manuscrits ont partagé une même trajectoire à certains moments de leur histoire. Leur étude nous permettra ainsi d’avoir un aperçu de l’histoire générale de la bibliothèque de Corbie et du devenir de ses manuscrits.

Continuer la lecture de Esquisse de l’histoire de quelques manuscrits de Corbie

Pour bien terminer cette année : 10 manuscrits médiévaux d’exception mis en ligne dans Gallica en 2020

Avec ces coups de cœur Gallica, toute l’équipe du service des manuscrits médiévaux vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année et une année 2021 riche en découvertes !

Légende de l’illustration de couverture: Nicolas de Lyre, Postilles sur la Genèse, Mantoue?, fin XIVe s. (Latin 364, f. 1)

Français 93

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525128401

Bien qu’il porte le titre de Marques de Rome, le ms. Français 93 offre le cycle entier du roman des Sept Sages de Rome et de ses continuations. Inspiré d’une légende orientale, le Livre de Sindbad, le texte primitif, connu en Occident sous sa version hébraïque, donna lieu à diverses rédactions en vers et en prose. Le manuscrit contient la version vernaculaire en prose A, la plus répandue dès le XIIIe siècle. Commandité par Jacques d’Armagnac, duc de Nemours dont il porte les armes, cet exemplaire fut copié en 1466 à Crozant dans l’ancien comté de la Marche par Michel Gonnot, son copiste attitré, et illustré par Évrart d’Espinques, actif à Paris, puis à Ahun entre 1440 et 1494. Pas moins de 252 enluminures ornent les 603 feuillets de ce luxueux volume. Après l’arrestation de Jacques d’Armagnac en 1376, le manuscrit entra dans la collection de Pierre II duc de Bourbon qui y fit représenter ses armes, sa devise et son ex-libris. Il fit partie de la collection personnelle de François Ier avant d’entrer dans la Bibliothèque royale.

Pour en savoir plus :

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc511879

Véronique de Becdelièvre

Grec 2247

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b550137372

Ce recueil de textes chirurgicaux antiques et protobyzantins, copié au au XVIe siècle, est célèbre pour ses dessins aquarellés exécutés par Francesco Salviati, un des grands peintres florentins de la Renaissance. Fait exceptionnellement rare, ces illustrations dérivent tout comme le texte d’un modèle byzantin toujours conservé, le manuscrit de la Collection de Nicétas, copié et enluminé à Constantinople dans la première moitié du Xe siècle, qui a fait partie de la bibliothèque privée (libreria medicea privata) de Laurent le Magnifique et est toujours conservée parmi les trésors de la Bibliothèque Laurentienne à Florence. Directement inspirés des enluminures classicisantes de son modèle, les dessins du manuscrit de la BnF illustrent ainsi à merveille la double filiation byzantine et antique de la Renaissance italienne.

Pour en savoir plus :

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc22365k

Christian Förstel

Continuer la lecture de Pour bien terminer cette année : 10 manuscrits médiévaux d’exception mis en ligne dans Gallica en 2020

Heurs et malheurs du copiste

Mettre en page le manuscrit au XIIIe siècle à travers deux exemples de Bibles enluminées

La Bibliothèque nationale de France conserve de très nombreux manuscrits de la Bible copiés au Moyen Age, et notamment un ensemble de Bibles datables du XIIIe siècle, le grand siècle des Universités. Les Bibles gothiques sont très différentes des Bibles Romanes : si l’on regarde une Bible du XIIe siècle, comme le manuscrit en deux volumes (BnF, Latin 11534-11535), elle paraît géante, presque 50 cm de hauteur, par rapport à une Bible du XIIIe, de plus petit format, en un seul volume. C’est le cas d’une Bible datable du milieu du XIIIe siècle, haute de 15 cm (BnF Latin 10425), faite pour être maniable, transportable aisément et commode pour l’étude au sein des Universités.

Les Bibles gothiques sont copiées avec une écriture de tout petit module, et le parchemin utilisé, très aminci, renvoie à la dénomination actuelle de « papier bible », qui évoque un support très fin et qui permet de condenser beaucoup de texte dans un seul volume. Le gain de place se traduit également par une décoration peu fournie, avec souvent pour seule initiale historiée le début de la Genèse, « In principio creavit deus ».

BnF Latin 10425, f. 12v

Continuer la lecture de Heurs et malheurs du copiste

Du Master 2 à la médiation scientifique : un cas d’étude autour des représentations de la vie quotidienne au Moyen Âge

Légende de l’illustration : les envoyés de Godefroy de Bouillon, Le livre dit d’Eraclès, Loyset Liédet et ateliers pour Louis de Bruges, Bruges, 1470-1480 (Paris, BnF, Français 68, f. 20v) 

  Actuellement étudiante en deuxième année de Master à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, je travaille sur la représentation du vêtement des ambassadeurs à la fin de la période médiévale. Dans ce contexte, les manuscrits enluminés sont des sources non négligeables pour traiter d’un objet aussi peu conservé que le vêtement. Au fil de ces recherches, un corpus a été établi afin de travailler à la rédaction d’un mémoire, et de par la richesse des fonds de manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, plusieurs manuscrits retenus proviennent de ces collections. C’est dans ce contexte que prend place le stage réalisé en novembre et décembre 2020 au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. L’objectif du stage était de réaliser une sélection de manuscrits phares au sein de ce corpus déjà établi, et de valoriser celle-ci. Il s’agissait donc d’une opération alliant à la fois médiation scientifique ciblée et recherche.

     Les manuscrits choisis étaient les suivant : le Romuléon de Louis Malet de Graville (français 364), Les chroniques de Froissart (français 2646) et le livre dit d’Eraclès (français 68) de Louis de Bruges (fig. 1). Ces derniers présentaient tous un point commun : j’avais déjà pu les étudier à travers le prisme des recherches que j’effectue dans le cadre de mon mémoire. La plus grande difficulté était donc de se détacher de cet objectif précis qui était de recenser des miniatures présentant des scènes à caractère diplomatique. Plusieurs manuscrits avaient retenu mon attention, car j’avais pu constater leurs richesses lors de premières recherches. Le premier travail à réaliser consistait à étudier de nouveau les miniatures, à la recherche de thématiques récurrentes qui pourraient amener une réflexion nouvelle. Plusieurs sujets ont rapidement émergé : la représentation des arts de la table, les peintures de navires, la récurrence de la présence d’emblématiques, la diversité des vêtements représentés.

     La rédaction d’articles en lien avec ces thématiques soulevait la question de la diffusion. L’objectif était de varier le plus possible le public ciblé par cette opération : amateur, érudit, étudiant ou professionnel, chaque article devait être adapté et diffusé dans une optique de médiation ciblée. J’ai tout d’abord visé différentes plateformes et sites, qui permettraient ensuite un échange plus spontané autour de ces articles. Les sites de passionnés, ainsi que les web-journaux étaient autant de médias à privilégier pour donner une première visibilité au travail effectué. La diffusion était ensuite relayée grâce aux réseaux sociaux entre autres. Cette expérience fut d’autant plus enrichissante que les médias utilisés pour ce faire sont variés, passant de l’écrit traditionnel au format du podcast.

Continuer la lecture de Du Master 2 à la médiation scientifique : un cas d’étude autour des représentations de la vie quotidienne au Moyen Âge

Restauration de la reliure du psautier de charles le Chauve

Le département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France conserve l’une des plus grandes collections au monde de reliures précieuses à plaques d’ivoire et / ou d’orfèvrerie. Cet ensemble, qui couvre une large période allant du VIe au XVIIIe siècle, est composé d’une quarantaine de volumes. Parmi eux figurent l’insigne Psautier de Charles le Chauve (Latin 1152) dont la reliure est la seule d’époque carolingienne qui nous soit parvenue sans modification majeure. Cette reliure a été restaurée en 2019 grâce au mécénat de Michael I. Allen. Elle sera présentée dans le musée du site Richelieu qui ouvrira à la fin des travaux de rénovation de celui-ci.

BnF, Mss., Latin 1152. Psautier de Charles le Chauve. Plat supérieur (après restauration)

Continuer la lecture de Restauration de la reliure du psautier de charles le Chauve

L’histoire des prophètes

Figure 1, Supplément persan 1313, f. 6v°, Adam est le seul (image mise en avant de cet article), dans cette représentation, devant qui les anges se prosternent. Dans le  Persan 54 (ici), il est accompagné d’Ève. S’agit-il ici d’une interprétation du peintre ou d’une autre version de cette histoire ? On remarque, cependant, que dans les deux peintures, se trouve sur le coin, en haut à gauche, une représentation de Satan en train de suivre la scène de loin.

En l’année 615 de notre ère, afin d’échapper aux exactions des Qurayshites, un groupe de dix hommes et quatre femmes tous musulmans, se dirigèrent, sur le conseil du Prophète, vers le royaume chrétien d’Axoum, d’Abyssinie (aujourd’hui l’Éthiopie et l’Érythrée), où, selon sa recommandation, il y avait un roi vertueux et juste qui ne lésait personne. Continuer la lecture de L’histoire des prophètes

Les mystères du sublime

Datable du premier siècle de notre ère, le traité sobrement intitulé « Du Sublime » (Περὶ ὕψους) constitue un des sommets de la critique littéraire antique, remis à l’honneur par Boileau, son premier traducteur, qui l’utilisa dans la Querelle des anciens et des modernes.

Qu’est-ce que le sublime ? C’est « l’excellence et la souveraine perfection du discours » (I, 3). Même si la maîtrise technique y contribue, le sublime ne s’obtient pas par une servile reproduction des préceptes oratoires – l’auteur traite d’ailleurs avec mépris les « technographes » ou rédacteurs de manuels tout autant que ceux qui s’en tiennent simplement à une correction oratoire sans défauts  –, mais par une confluence des dons de la nature et du contrôle exercé par la méthode. Sorte de trait de génie littéraire, le sublime provoque chez l’auditeur non pas la persuasion, mais l’extase ; il « confère au discours un pouvoir, une force irrésistible  qui domine entièrement l’âme de l’auditeur » ; en un mot , il est « comme la foudre » (I, 4). Continuer la lecture de Les mystères du sublime

Un luxueux lectionnaire des évangiles syriaque, de l’ancienne bibliothèque de l’évêché de Séert

Le lectionnaire des évangiles Syriaque 355, intitulé « Le Saint Évangile divisé en leçons », daté de la fin du 12è s. – début du 13è s., est remarquable tant du point de vue matériel que par son histoire. Cette copie luxueuse de la version héracléenne pour le rite syro-orthodoxe (jacobite) constitue en effet l’un des rares exemples de manuscrit syriaque richement enluminé1 et nommant le peintre des miniatures avec le programme décoratif et son coût2.

Continuer la lecture de Un luxueux lectionnaire des évangiles syriaque, de l’ancienne bibliothèque de l’évêché de Séert

  1. A. Bausi (éd.), Comparative Oriental Manuscript Studies: an Introduction, Hambourg, 2015, p. 263 indique que parmi la quarantaine de manuscrits syriaques enluminés produits entre 586 et 1851, listés par  S. Brock, 29 sont des lectionnaires des évangiles. []
  2. A. Bausi (éd.), ibid., p. 263, cite le manuscrit de la BnF Syriaque 356 et un troisième cas, le codex Or. 60 de la Biblioteca nazionale Marciana de Venise. La plupart des colophons mentionne parfois les copistes avec une date, en général les donateurs, et quelquefois des avertissements à des lecteurs peu consciencieux quant aux dégradations qu’ils pourraient faire subir au manuscrit. []

Livre de dévotion et manuel d’enseignement : le psautier à la cour de France au XIIIe siècle

Livre de prière dédié à la dévotion privée bien représenté dans les librairies princières, le psautier servit dès le XIIIe siècle de livre pédagogique pour les enfants royaux. « Cist psaultiers fuit mon seigneur saint Looys qui fu roys de France, ouquel il aprist en s’enfance », lit-on au f. 30v du psautier conservé à la Bibliothèque universitaire de Leyde, le ms. BPL 76A. Ainsi l’image du dauphin s’exerçant à la lecture sous la direction d’un clerc, peut-être son confesseur, en présence de Blanche de Castille, a-t-elle été représentée à plusieurs reprises[1].

[1] BnF, Français 2813, f. 265 (Grandes Chroniques de France, « Geste de saint Louis ») ; Français 5716, f. 16 (Guillaume de Saint-Pathus, Vie et miracles de saint Louis) ; NAL 3145, f. 85v (Heures de Jeanne de Navarre, « Heures de saint Louis »).

NAL 3145, f. 85v (Heures de Jeanne de Navarre) : saint Louis enfant apprenant à lire

Continuer la lecture de Livre de dévotion et manuel d’enseignement : le psautier à la cour de France au XIIIe siècle

Yoga : la position des manuscrits

Le yoga connaît un essor considérable dans les pratiques physico-spirituelles quotidiennes à travers le monde. Souvent réduit à un créneau horaire des salles de fitness, le yoga est pourtant, et d’abord, une des six grandes écoles philosophiques de l’Inde. Il s’appuie sur un texte, le Yogasūtra, composé par Patañjali dont le nom, pour célèbre qu’il soit, recouvre plus certainement une école, une lignée de penseurs qui ont cherché, entre le IIIe siècle avant notre ère et le IIIe siècle de notre ère, à établir les bases d’une philosophie mettant en avant l’existence d’un soi désigné par les termes sanskrits ātman ou puruṣa. L’adepte doit tout mettre en œuvre pour connaître la véritable nature de ce soi, en l’isolant de toute activité physique ou psychique, afin de le libérer du cycle infini des transmigrations, le saṃsāra, dans lequel l’âme renaît éternellement, connaissant à nouveau les afflictions, les maladies et la mort.

Continuer la lecture de Yoga : la position des manuscrits