Archives de catégorie : Focus on

La musique médiévale à travers les manuscrits Polonsky

Au Moyen Âge, la musique traverse tous les groupes sociaux et unifie toutes les communautés. S’il est difficile de raconter la pratique instrumentale portée par les jongleurs dont on ne sait que très peu de choses, il est plus aisé en revanche de suivre les différentes étapes de son écriture.

https://gallica.bnf.fr/blog/18042019/la-musique-medievale-travers-les-manuscrits-polonsky

Missel, XIe siècle, Saint-Denis.

Continuer la lecture de La musique médiévale à travers les manuscrits Polonsky

Le Roman de Renart

Le Roman de Renart n’est en vérité pas vraiment un roman, du moins pas au sens moderne du terme. Il s’agit en fait d’un recueil de textes écrits en langue romane aux XIIe et XIIIe siècles, par des auteurs presque tous anonymes. Ce long texte se compose de récits disparates, appelés « branches », issus d’une longue tradition de récits animaliers en latin qui remonte, entres autres influences, à Ésope et ses fables.

Roman de Renart, BNF, Manuscrits, Français 12584, f. 59

Continuer la lecture de Le Roman de Renart

Le Roman de la Rose

Le mardi 12 juin, de 17h30 à 18h30, une rencontre Gallica est consacrée au Roman de la Rose (Bibliothèque François-Mitterrand – Salle 70) . C’est l’occasion de revenir sur un best-seller médiéval.

Le Roman de la Rose est un long poème écrit au XIIIe siècle par deux auteurs successifs : Guillaume de Lorris et Jean de Meun. Il s’inscrit dans la tradition des « arts d’aimer » inspirés d’Ovide. Prenant la forme d’un songe allégorique, il conte la quête et la cueillette d’une rose – une jeune fille – par un jeune homme, l’Amant, du coup de foudre initial à la conquête-défloration de l’Aimée. Tout à la fois délicieusement aimable et misogyne, codifié et subversif, ce long poème traite d’un sujet intemporel : l’amour, ses joies, ses écueils, ses enjeux sociaux et spirituels.

Roman de la Rose, BNF, Manuscrits, français 380, f. A (Paris, vers 1400)

Continuer la lecture de Le Roman de la Rose

Exposition « Jean Malouel », du 6 octobre 2017 au 7 janvier 2018, Rijksmuseum, Amsterdam

Du 6 octobre 2017 au 7 janvier 2018, le Rijksmuseum organise une exposition en l’honneur du peintre Jean Malouel (Johann Maelwael en néerlandais). Le département des Manuscrits s’associe à cette rétrospective par le prêt de cinq œuvres exceptionnelles, dont nous présentons ici une sélection. Continuer la lecture de Exposition « Jean Malouel », du 6 octobre 2017 au 7 janvier 2018, Rijksmuseum, Amsterdam

Le Codex Sinopensis (Supplément Grec 1286)

Communément appelé codex Sinopensis du nom de la ville de Sinope sur la mer Noire où il a été acquis en 1899, le manuscrit de l’évangile de Matthieu (Supplément grec 1286) de la seconde moitié du VIe siècle est un des deux manuscrits enluminés les plus anciens du Nouveau Testament grec qui nous soient parvenus. Écrit à l’encre d’or sur un parchemin pourpré, le manuscrit conserve cinq enluminures qui illustrent des épisodes majeurs du récit biblique, le festin d’Hérode et la mort de Jean Baptiste (Mt 14, 6-11, f. 10v), le premier miracle de la multiplication des pains (Mt 14, 13-16, f. 11r, enluminure très partiellement conservée), le second miracle de la multiplication des pains (Mt 15, 33-37, f. 15r), la guérison miraculeuse des deux aveugles de Jéricho (Mt 20, 32-34, f. 29r) et le miracle du figuier desséché (Mt 21, 18-19, f. 30v). Ces miniatures placées en bas de page sont toujours encadrées par deux personnages de l’Ancien Testament qui déroulent devant eux le texte vétérotestamentaire censé annoncer l’épisode néotestamentaire représenté au centre : il s’agit de Moïse (pour des versets de la Genèse et de l’Exode, f. 10v, 11r, 15r), David (pour le psautier, f. 10v, 11r, 15r, 29r), Isaïe (f. 29r), Habaquq (f. 30v) et Daniel (f. 30v).

Festin d’Hérode et mort de Jean Baptiste, encadré par Moïse et David

BnF, Supplément Grec 1286, f. 10v

Continuer la lecture de Le Codex Sinopensis (Supplément Grec 1286)