Archives de catégorie : Numérisation

Voir également le liste des manuscrits numérisés, régulièrement mise à jour.

Pour bien terminer cette année : 10 manuscrits médiévaux d’exception mis en ligne dans Gallica en 2020

Avec ces coups de cœur Gallica, toute l’équipe du service des manuscrits médiévaux vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année et une année 2021 riche en découvertes !

Légende de l’illustration de couverture: Nicolas de Lyre, Postilles sur la Genèse, Mantoue?, fin XIVe s. (Latin 364, f. 1)

Français 93

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525128401

Bien qu’il porte le titre de Marques de Rome, le ms. Français 93 offre le cycle entier du roman des Sept Sages de Rome et de ses continuations. Inspiré d’une légende orientale, le Livre de Sindbad, le texte primitif, connu en Occident sous sa version hébraïque, donna lieu à diverses rédactions en vers et en prose. Le manuscrit contient la version vernaculaire en prose A, la plus répandue dès le XIIIe siècle. Commandité par Jacques d’Armagnac, duc de Nemours dont il porte les armes, cet exemplaire fut copié en 1466 à Crozant dans l’ancien comté de la Marche par Michel Gonnot, son copiste attitré, et illustré par Évrart d’Espinques, actif à Paris, puis à Ahun entre 1440 et 1494. Pas moins de 252 enluminures ornent les 603 feuillets de ce luxueux volume. Après l’arrestation de Jacques d’Armagnac en 1376, le manuscrit entra dans la collection de Pierre II duc de Bourbon qui y fit représenter ses armes, sa devise et son ex-libris. Il fit partie de la collection personnelle de François Ier avant d’entrer dans la Bibliothèque royale.

Pour en savoir plus :

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc511879

Véronique de Becdelièvre

Grec 2247

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b550137372

Ce recueil de textes chirurgicaux antiques et protobyzantins, copié au au XVIe siècle, est célèbre pour ses dessins aquarellés exécutés par Francesco Salviati, un des grands peintres florentins de la Renaissance. Fait exceptionnellement rare, ces illustrations dérivent tout comme le texte d’un modèle byzantin toujours conservé, le manuscrit de la Collection de Nicétas, copié et enluminé à Constantinople dans la première moitié du Xe siècle, qui a fait partie de la bibliothèque privée (libreria medicea privata) de Laurent le Magnifique et est toujours conservée parmi les trésors de la Bibliothèque Laurentienne à Florence. Directement inspirés des enluminures classicisantes de son modèle, les dessins du manuscrit de la BnF illustrent ainsi à merveille la double filiation byzantine et antique de la Renaissance italienne.

Pour en savoir plus :

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc22365k

Christian Förstel

Continuer la lecture de Pour bien terminer cette année : 10 manuscrits médiévaux d’exception mis en ligne dans Gallica en 2020

LES MANUSCRITS DE LOUIS DE BRUGES ANTÉRIEURS À 1450 : UN CORPUS COMPLÉMENTAIRE DE LA COLLECTION FLAMANDE

 

Français 761, f. 1

Louis de Gruuthuse (v. 1427-1492), dit Louis de Bruges, est connu pour sa brillante carrière au service des ducs de Bourgogne. Il a aussi laissé l’image d’un bibliophile éclairé dont la collection de manuscrits fut, après celle de Philippe le Bon, la plus importante des anciens Pays-Bas méridionaux.

Des cent quarante-six manuscrits aujourd’hui identifiés, cent dix-sept sont conservés à la Bibliothèque nationale de France (Hans-Collas ― Schandel 2009, t. I, p. 321-327). S’y distinguent deux ensembles : le premier est composé de soixante-quinze manuscrits fort luxueux, réalisés en Flandre pour le seigneur de Bruges à partir de 1455 ; le second comprend quelques quarante ouvrages d’exécution française, anglaise ou flamande du XIIIe à la première moitié du XVe siècle. Moins homogène que le premier noyau, acquis dans des circonstances parfois obscures, ce corpus n’en est pas moins par sa composition un exemple de bibliothèque nobiliaire constituée de façon raisonnée et complémentaire de la collection flamande.

Continuer la lecture de LES MANUSCRITS DE LOUIS DE BRUGES ANTÉRIEURS À 1450 : UN CORPUS COMPLÉMENTAIRE DE LA COLLECTION FLAMANDE

Mise en ligne dans Archives et Manuscrits du fichier Avril sur les manuscrits enluminés de la BnF

Le fichier sur les manuscrits enluminés de la BnF constitué par François Avril, conservateur général honoraire au département des manuscrits de la BnF, et généreusement mis à la disposition du public par son auteur a été versé dans les fonds du département sous la cote NAF 28635 et numérisé intégralement. En 2015, il a été mis en ligne dans Gallica :

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc94835t

A présent, toutes les fiches visibles dans Gallica viennent d’être reliées aux notices des manuscrits correspondants dans le catalogue en ligne Archives et Manuscrits. Elles sont ainsi désormais accessibles individuellement à partir des notices des manuscrits décrits par François Avril.

En voici un exemple, emprunté aux Grandes Heures d’Anne de Bretagne (BnF latin 9474) :

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc774972

Le lien vers les fiches a été inséré dans les notices juste avant le bloc de la bibliographie relative au manuscrit.

 

Ce fichier a été élaboré par François Avril à partir d’un examen systématique des manuscrits des fonds latin, français (et partiellement N.A.F.) et italiens, dans la perspective de l’élaboration d’un catalogue scientifique des manuscrits enluminés de la BnF. Cette documentation de travail a été tenue à jour et complétée jusqu’en 2003. Elle comporte 9375 fiches au total.

S’il est possible que certaines fiches nécessitent une révision à la lumière des nouveaux acquis de la recherche, cette documentation sur les manuscrits enluminés de la BnF n’en demeure pas moins irremplaçable.

Les fichiers des manuscrits  enluminés  ibériques, insulaires, germaniques, flamands et italiens ont servi de base aux catalogues correspondants déjà publiés ou en cours de parution.

Restauration de la reliure du psautier de charles le Chauve

Le département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France conserve l’une des plus grandes collections au monde de reliures précieuses à plaques d’ivoire et / ou d’orfèvrerie. Cet ensemble, qui couvre une large période allant du VIe au XVIIIe siècle, est composé d’une quarantaine de volumes. Parmi eux figurent l’insigne Psautier de Charles le Chauve (Latin 1152) dont la reliure est la seule d’époque carolingienne qui nous soit parvenue sans modification majeure. Cette reliure a été restaurée en 2019 grâce au mécénat de Michael I. Allen. Elle sera présentée dans le musée du site Richelieu qui ouvrira à la fin des travaux de rénovation de celui-ci.

BnF, Mss., Latin 1152. Psautier de Charles le Chauve. Plat supérieur (après restauration)

Continuer la lecture de Restauration de la reliure du psautier de charles le Chauve

Un manuscrit exceptionnel de la Renaissance présenté au public. Le Missel de Jacques de Beaune (3 mars 2020)

La Renaissance connaît depuis quelques années un important regain d’intérêt, comme le démontrent les nombreuses expositions qui lui ont été consacrées. Ces évènements ont été l’occasion, pour la Bibliothèque nationale de France, de présenter nombre de ses manuscrits les plus précieux. Bien que connu de longue date, l’un d’entre eux, et non des moindres, est pourtant resté en retrait. Chef-d’œuvre de l’enluminure tourangelle du début du XVIe siècle, le Missel de Jacques de Beaune (département des Manuscrits, Latin 886) n’était pas en état d’être exposé sans une importante restauration de sa reliure. Il n’était en outre pas envisageable de le numériser, les risques d’augmenter les dégradations étant très forts. La volonté de mener à bien cette restauration ne fut cependant pas oubliée et un traitement a pu être mené en 2019 dans les ateliers du département de la Conservation de la BnF.

Au terme de cette restauration, le Missel de Jacques de Beaune sera présenté au public le 3 mars 2020 dans le cadre du cycle des conférences « Trésors de Richelieu » (Auditorium de la Galerie Colbert, INHA) par Maxence Hermant, conservateur au département des Manuscrits, et Éric Bazin, restaurateur au département de la Conservation.

Missel de Jacques de Beaune, BnF, Mss., Latin 886, f. 203v
Continuer la lecture de Un manuscrit exceptionnel de la Renaissance présenté au public. Le Missel de Jacques de Beaune (3 mars 2020)

Expérimenter avec Mandragore : nouvel échantillon de données sur api.bnf.fr

Dans le cadre de réflexions sur les données de Mandragore, la base des enluminures des manuscrits de la BnF, un nouvel échantillon de données vient d’être mis en ligne sur le site BnF API et jeux de données.

Réalisé à l’occasion du stage professionnel d’une apprentie bibliothécaire au département des Manuscrits, il donne accès à un corpus de huit manuscrits entièrement segmentés, avec l’emplacement des enluminures sur les pages numérisées et l’indexation localisée des personnes et objets identifiables sur ces enluminures.

Lire la suite sur le site BnF

Réservez vos manuscrits depuis les catalogues en ligne !

À compter du 3 décembre 2018, les procédures de réservation et de communication des documents en salle de lecture du département des Manuscrits évoluent.

Comme dans les salles de lecture du Rez-de-Jardin sur le site François-Mitterrand, et, plus récemment, dans celles des départements spécialisés (depuis le 13 novembre à la Bibliothèque de l’Arsenal, y compris pour les manuscrits), toutes les demandes de communication de documents patrimoniaux (…ou presque !) passent désormais par les catalogues en ligne : BnF Archives et Manuscrits et BnF catalogue général.

Réserver le manuscrit Smith-Lesouëf 70 dans BnF Archives et Manuscrits

Continuer la lecture de Réservez vos manuscrits depuis les catalogues en ligne !

Un manuscrit (ou 600) pour l’été

L’été commence, et ses beaux jours nous apportent une moisson de nouveaux textes à découvrir et à partager. Le programme « France-Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 » vous offre une sélection de choix parmi 600 manuscrits catalogués et numérisés, 300 à la BnF et 300 à la British Library, désormais disponibles en ligne grâce au mécénat de la Fondation Polonsky.

BnF, Latin 12033, f. Av (détail)

Continuer la lecture de Un manuscrit (ou 600) pour l’été

Pour ses 15 ans, Mandragore est interrogeable dans le portail Biblissima

Depuis le mois de mars, Mandragore, la base des enluminures des manuscrits de la BnF, peut être interrogée dans le portail Biblissima, actuellement en version beta (http://beta.biblissima.fr/). Cette intégration intervient alors que le site http://mandragore.bnf.fr/, mis en ligne à l’occasion du Salon du Livre 2003, fête ses 15 ans.

Accès par entité dans le portail Biblissima. Actuellement, les enluminures proviennent essentiellement de Mandragore (ici Aimeri de Poitiers enluminé par le maître de Guillebert de Metz, à voir dans Mandragore)

Continuer la lecture de Pour ses 15 ans, Mandragore est interrogeable dans le portail Biblissima

France-Angleterre, manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 : le programme Polonsky à mi-parcours

Nous avons le plaisir d’annoncer la mise en ligne de 100 nouveaux manuscrits médiévaux de la BnF, copiés et enluminés entre 700 et 1200 en France ou en Angleterre. Leur catalogage et leur numérisation, ainsi que, pour certains d’entre eux, leur restauration ont été réalisés grâce au mécénat de la Fondation Polonsky en partenariat avec la British Library. La moitié du corpus des 800 manuscrits (400 pour chaque bibliothèque partenaire du programme) est désormais à la disposition des lecteurs et internautes.

Latin 1991, f. 141r

Continuer la lecture de France-Angleterre, manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 : le programme Polonsky à mi-parcours

France-Angleterre, 700-1200 : les cent premiers manuscrits, décrits et numérisés, en ligne !

Dès aujourd’hui, dans archivesetmanuscrits.bnf.fr (notre catalogue en ligne des collections spécialisées) et dans Gallica,  vous pouvez consulter, respectivement, les descriptions et les reproductions des cent premiers manuscrits inscrits dans « France-Angleterre, 700-1200 : manuscrits médiévaux de la Bibliothèque nationale de France et de la British Library, un programme de la Fondation Polonsky ».

Bible (Ms. Latin 116, f. 12r, détail)

Continuer la lecture de France-Angleterre, 700-1200 : les cent premiers manuscrits, décrits et numérisés, en ligne !

Le Codex Sinopensis (Supplément Grec 1286)

Communément appelé codex Sinopensis du nom de la ville de Sinope sur la mer Noire où il a été acquis en 1899, le manuscrit de l’évangile de Matthieu (Supplément grec 1286) de la seconde moitié du VIe siècle est un des deux manuscrits enluminés les plus anciens du Nouveau Testament grec qui nous soient parvenus. Écrit à l’encre d’or sur un parchemin pourpré, le manuscrit conserve cinq enluminures qui illustrent des épisodes majeurs du récit biblique, le festin d’Hérode et la mort de Jean Baptiste (Mt 14, 6-11, f. 10v), le premier miracle de la multiplication des pains (Mt 14, 13-16, f. 11r, enluminure très partiellement conservée), le second miracle de la multiplication des pains (Mt 15, 33-37, f. 15r), la guérison miraculeuse des deux aveugles de Jéricho (Mt 20, 32-34, f. 29r) et le miracle du figuier desséché (Mt 21, 18-19, f. 30v). Ces miniatures placées en bas de page sont toujours encadrées par deux personnages de l’Ancien Testament qui déroulent devant eux le texte vétérotestamentaire censé annoncer l’épisode néotestamentaire représenté au centre : il s’agit de Moïse (pour des versets de la Genèse et de l’Exode, f. 10v, 11r, 15r), David (pour le psautier, f. 10v, 11r, 15r, 29r), Isaïe (f. 29r), Habaquq (f. 30v) et Daniel (f. 30v).

Festin d’Hérode et mort de Jean Baptiste, encadré par Moïse et David

BnF, Supplément Grec 1286, f. 10v

Continuer la lecture de Le Codex Sinopensis (Supplément Grec 1286)

Les numérisations de l’été

Malgré les beaux jours qui déjà s’éloignent, le rythme de la numérisation ne fléchit pas à la BnF, au contraire : pour tenir un programme exceptionnellement chargé d’ici la fin de l’année 2017, plus de 700 manuscrits (toutes collections confondues) ont été mis en ligne dans Gallica depuis le mois de juin, et presque autant se pressent déjà dans les ateliers, qui constitueront les livraisons de l’automne.

Cliquez sur le logo Gallica pour voir les dernières livraisons dans la bibliothèque numérique. Les manuscrits enluminés cet été enrichiront progressivement Mandragore dans les prochains mois.

Continuer la lecture de Les numérisations de l’été

L’Apocalypse dans Mandragore

Le magazine Les Echos Week-End du 25 août dernier, dans un reportage signé Laura-Mai Gaveriaux et consacré à la BnF, « le palais où le livre est roi » (lire en ligne), mentionne un certain nombre des services proposés aux chercheurs et au grand public. Parmi ceux-ci, bien entendu, la numérisation des ouvrages patrimoniaux, et les applications permettant d’en tirer profit, telles que Mandragore pour les manuscrits enluminés :

« Mandragore, la base iconographique riche de 170 000 notices établies à partir de manuscrits anciens, recèle par exemple une représentation de l’Apocalypse selon la vision mystique d’un seigneur normand du xve siècle, visible dans toute la richesse de ses couleurs en plein écran, sur un simple clic. »

Continuer la lecture de L’Apocalypse dans Mandragore

Bilan de la numérisation des manuscrits médiévaux de la BnF en 2016

Au cours de l’année 2016, la BnF a envoyé en numérisation plus de 150 000 documents. À lui seul, le département des Manuscrits a fait numériser par les ateliers spécialisés de la bibliothèque ou par ses prestataires 1 798 manuscrits (et 5 201 microfilms), la bibliothèque de l’Arsenal 210 (plus 838 imprimés et 364 microfilms).

Dans le cadre d’une programmation scientifique établie par les chargés de collection, mais également grâce à des partenariats ou encore à l’occasion d’opérations de conservation ou grâce à des reproductions à la demande, ce sont donc plus d’un millier de nouveaux manuscrits médiévaux disponibles sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF. Près de 500 numérisations – de manuscrits médiévaux, mais également modernes ou orientaux – fournissent par ailleurs de nouvelles reproductions à la base d’enluminures Mandragore.

Continuer la lecture de Bilan de la numérisation des manuscrits médiévaux de la BnF en 2016