Archives de catégorie : Recherche

Le travail d’un éditeur et imprimeur au XVIe siècle : L’exemple de Guillaume Morel et du manuscrit latin 7558

Le manuscrit latin 7558 de la Bibliothèque nationale de France est une compilation de la première moitié du IXe siècle regroupant tant des textes grammaticaux, comme le De schematibus et tropis de Bède ou l’ouvrage anonyme des Cunabula, que des œuvres poétiques, notamment d’Ausone et de Paulin de Nola, ou encore de Florus de Lyon. Non seulement la paléographie, mais également le contenu de ce manuscrit, qui comporte un grand nombre de textes dont la transmission est essentiellement lyonnaise (les poèmes de Florus, les Cunabula, les poèmes d’Ausone et de Paulin, etc.), permettent à A.-M. Turcan-Verkerk (2003 : p. 36-37) de le supposer originaire de Lyon.

Si, au cours des siècles, le 7558 a suscité l’intérêt de nombreux commentateurs, c’est pour le témoignage qu’il apporte concernant la tradition de textes déjà connus par ailleurs, ceux de Paulin, de Florus, mais aussi et surtout pour les poèmes dont il fournit l’unique témoignage : l’Alethia de Claudius Marius Victorius, les Versus Drepani de cereo Paschali, le De obitu Baebiani, les Laudes domini de l’anonyme d’Autun et les Epigramma d’un certain Paulin, parfois identifié à l’évêque de Béziers (cf. E. Griffe, 1956 : p. 187-194) ; tous ces poèmes ne se trouvent dans aucun autre manuscrit que le 7558, et, à ce titre, ce dernier est extrêmement important.

L’attention portée au 7558 et à ses poèmes uniques a commencé dès le XVIe siècle, avec leur édition en 1560 par Guillaume Morel, imprimeur du Roi pour le grec. L’ouvrage, décrit par P. Lejay dans son article sur la question (1890 : p. 71-78), est intitulé Cl. Marii Victoris oratoris Massiliensis, Aletheias, seu Commentationum in Genesin libri III. Epigrammata varia vetusti cujusdam auctoris, inter quae sunt & aliquot psalmi versibus redditi. Hilarii, Pictaviensis episc. Genesis. Cypriani, Genesis & Sodoma. Dracontii, de Opere sex dierum. Omnia versibus, nunc primum è vetustis codicibus expressa, et contient l’Alethia, la Laus sancti Iohannis, les Laudes domini, le poème Ad Iouium, le De obitu Baebiani, les Versus Drepani et l’ensemble des poèmes de Florus, autant de pièces que Morel a tirées du 7558, et également d’autres œuvres chrétiennes en vers prélevées dans un autre manuscrit (des poèmes d’Hilarius, de Cyprianus, etc.). P. Lejay, qui a prouvé de façon définitive que Guillaume Morel avait bien usé du 7558 pour son édition, a montré en outre que Morel avait laissé derrière lui, sur le manuscrit même, un nombre conséquent de traces qui donnent un aperçu de son travail pour la constitution de son édition, et que je vous propose de passer en revue dans ce billet.

Continuer la lecture de Le travail d’un éditeur et imprimeur au XVIe siècle : L’exemple de Guillaume Morel et du manuscrit latin 7558

Parution. Catalogue des manuscrits enluminés d’origine germanique, XVe siècle

Constitué à partir de l’époque moderne au gré de ventes, de donations ou de confiscations, l’ensemble de manuscrits enluminés d’origine germanique conservé au département des Manuscrits de la BnF couvre une diversité remarquable de textes et de techniques picturales. Plus d’une centaine d’ouvrages exécutés au XVe siècle rappellent notamment les constantes et les évolutions des productions des pays de langue allemande et d’Europe centrale avant et après l’essor de l’imprimerie. Recueils sommairement ornés dans les scriptoria  monastiques, livres illustrés en série dans des ateliers professionnels urbains ou chefs-d’œuvre de peintres laïcs itinérants témoignent de la multiplicité des formes et des modes de décoration du manuscrit au cours de cette période de transition. Tous laissent percevoir le dynamisme des échanges artistiques et de la circulation des motifs entre des régions parfois très éloignées, à la faveur des partages de modèles, de la mobilité des enlumineurs, des liens monastiques, voire des collaborations entre maîtres juifs et chrétiens.

Continuer la lecture de Parution. Catalogue des manuscrits enluminés d’origine germanique, XVe siècle

Parution de la sélection thématique Gallica : « La Librairie royale sous Charles V et Charles VI »

Destinée à servir la politique d’un souverain averti et passionné par les livres, la librairie constituée sous le roi Charles V le Sage (1364-1380) et transférée en 1369 par celui-ci du Palais de la Cité à celui du Louvre rassemblait plus de 1000 manuscrits. Ceux-ci constituaient une collection exceptionnelle tant par leur richesse que par leur caractère encyclopédique, puisqu’ils touchaient à tous les domaines du savoir. Héritée par Charles VI, puis rachetée en grande partie en 1425 par Jean de Bedford, régent du royaume, cette collection fut définitivement dispersée à la mort de ce dernier en 1435.

Français 1950, f. 2r – Liber de informatione principum, traduction en français parJean Golein
Continuer la lecture de Parution de la sélection thématique Gallica : « La Librairie royale sous Charles V et Charles VI »

Séminaire La fabrique de l’art : utilisation des données matérielles en histoire de l’art, INHA – BnF

« La couleur : artefacts, matière et cognition » et « Fabrique matérielle du visuel : panneaux peints en Méditerranée, XIIIe-XVIe siècle »

 

Evangéliaire de Charlemagne (détail), NAL1203 © P.Roger-IRAMAT-CEB

 

Ce séminaire de recherche fera dialoguer historiens de l’art, scientifiques de la conservation et conservateurs-restaurateurs autour de la manière dont les matériaux sont mis en oeuvre pour obtenir un effet visuel, dans les peintures, les enluminures, les sculptures et autres objets d’art polychromés. Il s’agira d’intégrer pleinement l’étude des matériaux, de la couleur mais aussi ceux qui y participent indirectement comme les liants et les vernis, et de leur mise en oeuvre en regard des diverses problématiques d’histoire de l’art et des techniques, dans une perspective interdisciplinaire : création, transformation, réseaux, transferts techniques et artistiques, etc. Nous souhaitons aborder particulièrement la manière dont les données matérielles relatives aux œuvres d’art et à leur technique sont mises à la disposition des chercheurs pour leur permettre d’en tirer des connaissances nouvelles sur les pratiques artistiques (tout en respectant les principes d’interopérabilité FAIR).

L’enjeu du séminaire est de montrer qu’il est possible de croiser des données très hétérogènes pour faciliter de nouvelles interprétations et renouveler les pratiques en histoire de l’art et des techniques. Il s’agira ainsi de dépasser l’approche positiviste souvent associée aux données de sciences expérimentales pour montrer comment elles peuvent devenir des sources au même titre que les autres données produites par et pour les sciences humaines.

Ce séminaire de recherche accompagne la réalisation de deux programmes, portés l’un par l’Institut national d’histoire de l’art, « Fabrique matérielle du visuel : panneaux peints en Méditerranée, XIIIe-XVIe siècle », et l’autre par la Bibliothèque nationale de France, « La couleur : artefacts, matière et cognition ».

Comité scientifique
Claire Bosc-Tiessé (INHA), Charlotte Denoël (BnF), Anne-Solenn Le Hô (C2RMF), Sigrid Mirabaud (INHA), Delphine Morana-Burlot (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Sylvie Neven (BnF), Federico Nurra (INHA), Laurianne Robinet (Centre de recherche sur la conservation)

Continuer la lecture de Séminaire La fabrique de l’art : utilisation des données matérielles en histoire de l’art, INHA – BnF

Ateliers 2021 du Campus Richelieu

BnF/ENC/INHA

Mardi 6 juillet 2021
« La Fabrique de la couleur »
École nationale des chartes, Salle Delisle (61 rue de Richelieu 75002 Paris)

L’inscription est obligatoire pour des questions de jauge auprès de : philippe.chevallier@bnf.fr

Cet atelier sera l’occasion de faire le point sur les projets en cours autour de la couleur à la BnF et à l’INHA, d’évaluer leur apport pour les laboratoires producteurs d’analyses physico-chimiques et de mettre ceux-ci en perspective avec des problématiques issues des sciences humaines liées à la sémantisation des couleurs dans les images et aux questions de vocabulaire dans les sources anciennes.

Continuer la lecture de Ateliers 2021 du Campus Richelieu

Esquisse de l’histoire de quelques manuscrits de Corbie

L’abbaye royale de Saint-Pierre de Corbie, fondée entre 657 et 661 par Bathilde, la veuve du roi Clovis II, fut notamment connue pour la richesse de sa bibliothèque, renfermant tant des manuscrits copiés sur place que des manuscrits acquis auprès d’autres monastères. Cette bibliothèque fut prospère pendant de nombreux siècles, avant de connaître une période de déclin et de négligence au seizième siècle, au cours de laquelle un certain nombre de manuscrits rares furent perdus, et qui aboutit, à l’issue de la guerre franco-espagnole, en 1638, au transport de quatre cents manuscrits parmi les plus précieux vers la bibliothèque de Saint-Germain-des-Prés (Jones : 191-4 ; 201).

Nous nous intéresserons ici à sept manuscrits qui ont appartenu à Corbie et ont fait partie des quatre cents manuscrits transportés à Saint-Germain-des-Prés en 1638 : les manuscrits latins de la Bibliothèque nationale de France 12957, 12958, 12960, 13026, 13955, 13957 et 14088. Ils recèlent de multiples annotations et indices témoignant de leur histoire, dont certains leur sont spécifiques et attestent de leur parcours particulier, et dont d’autres sont communs à plusieurs d’entre eux, voire à tous, et montrent que ces manuscrits ont partagé une même trajectoire à certains moments de leur histoire. Leur étude nous permettra ainsi d’avoir un aperçu de l’histoire générale de la bibliothèque de Corbie et du devenir de ses manuscrits.

Continuer la lecture de Esquisse de l’histoire de quelques manuscrits de Corbie

la bnf recrute: chargé.e de projet recherche pour le projet “La couleur: artefacts, matière et cognition”

Financé par la BnF dans le cadre du plan quadriennal de la recherche 2020-2023, le projet « La couleur : artefacts, matière et cognition » vise à élaborer une base fédérant les données sur les matériaux de la couleur dans les œuvres d’art, produites par différents établissements, à commencer par la Bibliothèque nationale de France et l’Institut national d’histoire de l’art. Il s’agit d’un programme interdisciplinaire et collaboratif, porté conjointement par ces deux institutions, avec la participation de l’École nationale des chartes et du C2RMF. La constitution de la base de données, qui sera développée et hébergée par l’INHA, passera par la création d’un modèle de structuration des données chromatiques et physico-chimiques et par l’élaboration de référentiels spécialisés. Le modèle retenu sera interopérable avec ceux du système d’information de la BnF, afin d’alimenter le futur système de gestion des données de la conservation de la Bibliothèque. À terme, il s’agira de développer autour de la base de données des outils innovants d’éditorialisation, afin de répondre aux différents besoins des communautés scientifiques travaillant sur la couleur et ses matériaux.

Continuer la lecture de la bnf recrute: chargé.e de projet recherche pour le projet “La couleur: artefacts, matière et cognition”

LES MANUSCRITS DE LOUIS DE BRUGES ANTÉRIEURS À 1450 : UN CORPUS COMPLÉMENTAIRE DE LA COLLECTION FLAMANDE

 

Français 761, f. 1

Louis de Gruuthuse (v. 1427-1492), dit Louis de Bruges, est connu pour sa brillante carrière au service des ducs de Bourgogne. Il a aussi laissé l’image d’un bibliophile éclairé dont la collection de manuscrits fut, après celle de Philippe le Bon, la plus importante des anciens Pays-Bas méridionaux.

Des cent quarante-six manuscrits aujourd’hui identifiés, cent dix-sept sont conservés à la Bibliothèque nationale de France (Hans-Collas ― Schandel 2009, t. I, p. 321-327). S’y distinguent deux ensembles : le premier est composé de soixante-quinze manuscrits fort luxueux, réalisés en Flandre pour le seigneur de Bruges à partir de 1455 ; le second comprend quelques quarante ouvrages d’exécution française, anglaise ou flamande du XIIIe à la première moitié du XVe siècle. Moins homogène que le premier noyau, acquis dans des circonstances parfois obscures, ce corpus n’en est pas moins par sa composition un exemple de bibliothèque nobiliaire constituée de façon raisonnée et complémentaire de la collection flamande.

Continuer la lecture de LES MANUSCRITS DE LOUIS DE BRUGES ANTÉRIEURS À 1450 : UN CORPUS COMPLÉMENTAIRE DE LA COLLECTION FLAMANDE

Parution : France et Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200

La Bibliothèque nationale de France a le plaisir d’annoncer la parution d’une publication menée dans le cadre du programme « France-Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 », soutenu par la Fondation Polonsky.

http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503587721-1

Bibliologia 57

Argument

Grâce à un mécénat exceptionnel de la Fondation Polonsky, fondation dont l’objectif est de favoriser l’accès au patrimoine culturel du plus grand nombre, la Bibliothèque nationale de France et la British Library ont noué un partenariat inédit dans le domaine des manuscrits médiévaux autour d’un programme intitulé « France-Angleterre 700-1200 : manuscrits médiévaux de la BnF et de la British Library ». Il concerne 800 manuscrits, conservés pour moitié à la BnF pour moitié à la British Library, qui ont été sélectionnés en fonction de leur importance pour l’histoire des relations franco-anglaises au Moyen Âge, ainsi que pour leur intérêt artistique, historique ou littéraire. Produits entre le VIIIe et la fin du XIIe siècle, ces manuscrits couvrent des domaines très variés représentatifs de la production intellectuelle du haut Moyen Âge et de l’époque romane.

À l’occasion du lancement officiel des deux sites web réalisés dans le cadre du programme, la bibliothèque numérique « Gallica marque blanche » qui réunit tous les manuscrits du corpus et permet leur comparaison (BnF)1 et un site web à visée pédagogique proposant d’explorer une sélection de manuscrits (BL)2, un colloque international organisé par la BnF s’est tenu les 21-23 novembre 20183. Rassemblant différentes contributions consacrées aux manuscrits du corpus Polonsky et réparties en trois thématiques – histoire de l’art, acteurs et histoire des textes –, ces actes jettent un regard renouvelé sur les échanges culturels entre France et Angleterre au Moyen Âge, abordés dans une perspective interdisciplinaire.

Continuer la lecture de Parution : France et Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200

Mise en ligne dans Archives et Manuscrits du fichier Avril sur les manuscrits enluminés de la BnF

Le fichier sur les manuscrits enluminés de la BnF constitué par François Avril, conservateur général honoraire au département des manuscrits de la BnF, et généreusement mis à la disposition du public par son auteur a été versé dans les fonds du département sous la cote NAF 28635 et numérisé intégralement. En 2015, il a été mis en ligne dans Gallica :

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc94835t

A présent, toutes les fiches visibles dans Gallica viennent d’être reliées aux notices des manuscrits correspondants dans le catalogue en ligne Archives et Manuscrits. Elles sont ainsi désormais accessibles individuellement à partir des notices des manuscrits décrits par François Avril.

En voici un exemple, emprunté aux Grandes Heures d’Anne de Bretagne (BnF latin 9474) :

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc774972

Le lien vers les fiches a été inséré dans les notices juste avant le bloc de la bibliographie relative au manuscrit.

 

Ce fichier a été élaboré par François Avril à partir d’un examen systématique des manuscrits des fonds latin, français (et partiellement N.A.F.) et italiens, dans la perspective de l’élaboration d’un catalogue scientifique des manuscrits enluminés de la BnF. Cette documentation de travail a été tenue à jour et complétée jusqu’en 2003. Elle comporte 9375 fiches au total.

S’il est possible que certaines fiches nécessitent une révision à la lumière des nouveaux acquis de la recherche, cette documentation sur les manuscrits enluminés de la BnF n’en demeure pas moins irremplaçable.

Les fichiers des manuscrits  enluminés  ibériques, insulaires, germaniques, flamands et italiens ont servi de base aux catalogues correspondants déjà publiés ou en cours de parution.

Un recueil grammatical et poétique en pièces détachées

Un manuscrit discret

La rubrique des « manuscrits sans confinement » met sur le devant de la scène des manuscrits médiévaux remarquables des collections de la BnF, et, à ce titre, on découvrira dans cette rubrique de vrais chefs-d’œuvre, qui fascineront autant par leurs décorations que par leur contenu. Cependant, tous les manuscrits médiévaux ne peuvent se targuer de posséder de magnifiques enluminures, schémas ou illustrations, de contenir un écrit autographe ou unique, ou encore d’être le témoin le plus ancien d’un auteur illustre. Nombreux sont les manuscrits d’aspect presque banal, dépourvus de décoration et dont le contenu peut paraître abscons ou peu digne d’intérêt. Pourtant, même les manuscrits apparemment les plus modestes peuvent receler des richesses, des richesses qui ne sont pas forcément évidentes, ni éblouissantes, mais néanmoins remarquables. C’est l’un de ces manuscrits que je me propose d’aborder.

Le manuscrit latin 13026 est un manuscrit du IXe siècle en minuscule caroline. Il contient des traités de grammaire, un traité de métrique et un certain nombre d’œuvres ou d’extraits d’œuvres en vers. Continuer la lecture de Un recueil grammatical et poétique en pièces détachées

La bibliothèque de l’abbaye Saint-Victor de Paris aux XIIIe-XIVe siècles

Dans le cadre de ses recherches doctorales, Ève Defaÿsse, doctorante de l’Université Lyon 2, est chercheuse associée de la Bibliothèque nationale de France au département des Manuscrits depuis 2018.

Dans un billet publié sur le carnet de la recherche à la bibliothèque nationale de France, elle présente ses travaux et premiers résultats devant la mener à une thèse intitulée « Entre cloître et université, la bibliothèque de Saint-Victor de Paris aux XIIIe-XIVe siècles ».

Continuer la lecture de La bibliothèque de l’abbaye Saint-Victor de Paris aux XIIIe-XIVe siècles

La parole de Bouddha dans le fonds Pelliot sanscrit conservé à la BnF

Ayant une maîtrise (Budapest 2009) en langues classiques asiatiques (sanskrit, pali et tibétain) et en philosophie bouddhique, un Master et un Doctorat (Paris 2010, 2017) en une troisième langue classique indienne (prakrit), chercheuse (EPHE-PSL), je travaille actuellement à la BnF sur le fonds Pelliot Sanskrit dans le cadre du projet HisTochText financé par l’ERC, dont Professeur Pinault (EPHE-PSL) est le responsable.

Continuer la lecture de La parole de Bouddha dans le fonds Pelliot sanscrit conservé à la BnF

Les bestiaires médiévaux

Les bestiaires médiévaux puisaient leur inspiration dans les œuvres grecques et latines pour transmettre un enseignement chrétien destiné à favoriser, à terme, l’édification morale des hommes. Le blog de Gallica vous présente ses plus beaux spécimens.

Evangiles dits d’Echternach, VIIe et VIIIe siècle, Latin 9389, f. 115v.

En lien avec l’exposition Book of Beasts. The Bestiary in the Medieval World, qui se tient actuellement au Getty et dans laquelle sont exposés plusieurs manuscrits de la BnF, et avec le programme “France-Angleterre, 700-1200. Manuscrits médiévaux de la Bibliothèque nationale de France et de la British Library” réalisé en partenariat avec la British Library, nous vous présentons un aperçu des manuscrits de la BnF et de la British Library contenant des représentations d’animaux.

Pour lire la suite:

https://gallica.bnf.fr/blog/06062019/les-bestiaires-medievaux

La musique médiévale à travers les manuscrits Polonsky

Au Moyen Âge, la musique traverse tous les groupes sociaux et unifie toutes les communautés. S’il est difficile de raconter la pratique instrumentale portée par les jongleurs dont on ne sait que très peu de choses, il est plus aisé en revanche de suivre les différentes étapes de son écriture.

https://gallica.bnf.fr/blog/18042019/la-musique-medievale-travers-les-manuscrits-polonsky

Missel, XIe siècle, Saint-Denis.

Continuer la lecture de La musique médiévale à travers les manuscrits Polonsky