Archives de catégorie : Chercheurs associés

Le travail d’un éditeur et imprimeur au XVIe siècle : L’exemple de Guillaume Morel et du manuscrit latin 7558

Le manuscrit latin 7558 de la Bibliothèque nationale de France est une compilation de la première moitié du IXe siècle regroupant tant des textes grammaticaux, comme le De schematibus et tropis de Bède ou l’ouvrage anonyme des Cunabula, que des œuvres poétiques, notamment d’Ausone et de Paulin de Nola, ou encore de Florus de Lyon. Non seulement la paléographie, mais également le contenu de ce manuscrit, qui comporte un grand nombre de textes dont la transmission est essentiellement lyonnaise (les poèmes de Florus, les Cunabula, les poèmes d’Ausone et de Paulin, etc.), permettent à A.-M. Turcan-Verkerk (2003 : p. 36-37) de le supposer originaire de Lyon.

Si, au cours des siècles, le 7558 a suscité l’intérêt de nombreux commentateurs, c’est pour le témoignage qu’il apporte concernant la tradition de textes déjà connus par ailleurs, ceux de Paulin, de Florus, mais aussi et surtout pour les poèmes dont il fournit l’unique témoignage : l’Alethia de Claudius Marius Victorius, les Versus Drepani de cereo Paschali, le De obitu Baebiani, les Laudes domini de l’anonyme d’Autun et les Epigramma d’un certain Paulin, parfois identifié à l’évêque de Béziers (cf. E. Griffe, 1956 : p. 187-194) ; tous ces poèmes ne se trouvent dans aucun autre manuscrit que le 7558, et, à ce titre, ce dernier est extrêmement important.

L’attention portée au 7558 et à ses poèmes uniques a commencé dès le XVIe siècle, avec leur édition en 1560 par Guillaume Morel, imprimeur du Roi pour le grec. L’ouvrage, décrit par P. Lejay dans son article sur la question (1890 : p. 71-78), est intitulé Cl. Marii Victoris oratoris Massiliensis, Aletheias, seu Commentationum in Genesin libri III. Epigrammata varia vetusti cujusdam auctoris, inter quae sunt & aliquot psalmi versibus redditi. Hilarii, Pictaviensis episc. Genesis. Cypriani, Genesis & Sodoma. Dracontii, de Opere sex dierum. Omnia versibus, nunc primum è vetustis codicibus expressa, et contient l’Alethia, la Laus sancti Iohannis, les Laudes domini, le poème Ad Iouium, le De obitu Baebiani, les Versus Drepani et l’ensemble des poèmes de Florus, autant de pièces que Morel a tirées du 7558, et également d’autres œuvres chrétiennes en vers prélevées dans un autre manuscrit (des poèmes d’Hilarius, de Cyprianus, etc.). P. Lejay, qui a prouvé de façon définitive que Guillaume Morel avait bien usé du 7558 pour son édition, a montré en outre que Morel avait laissé derrière lui, sur le manuscrit même, un nombre conséquent de traces qui donnent un aperçu de son travail pour la constitution de son édition, et que je vous propose de passer en revue dans ce billet.

Continuer la lecture de Le travail d’un éditeur et imprimeur au XVIe siècle : L’exemple de Guillaume Morel et du manuscrit latin 7558

Esquisse de l’histoire de quelques manuscrits de Corbie

L’abbaye royale de Saint-Pierre de Corbie, fondée entre 657 et 661 par Bathilde, la veuve du roi Clovis II, fut notamment connue pour la richesse de sa bibliothèque, renfermant tant des manuscrits copiés sur place que des manuscrits acquis auprès d’autres monastères. Cette bibliothèque fut prospère pendant de nombreux siècles, avant de connaître une période de déclin et de négligence au seizième siècle, au cours de laquelle un certain nombre de manuscrits rares furent perdus, et qui aboutit, à l’issue de la guerre franco-espagnole, en 1638, au transport de quatre cents manuscrits parmi les plus précieux vers la bibliothèque de Saint-Germain-des-Prés (Jones : 191-4 ; 201).

Nous nous intéresserons ici à sept manuscrits qui ont appartenu à Corbie et ont fait partie des quatre cents manuscrits transportés à Saint-Germain-des-Prés en 1638 : les manuscrits latins de la Bibliothèque nationale de France 12957, 12958, 12960, 13026, 13955, 13957 et 14088. Ils recèlent de multiples annotations et indices témoignant de leur histoire, dont certains leur sont spécifiques et attestent de leur parcours particulier, et dont d’autres sont communs à plusieurs d’entre eux, voire à tous, et montrent que ces manuscrits ont partagé une même trajectoire à certains moments de leur histoire. Leur étude nous permettra ainsi d’avoir un aperçu de l’histoire générale de la bibliothèque de Corbie et du devenir de ses manuscrits.

Continuer la lecture de Esquisse de l’histoire de quelques manuscrits de Corbie

Un recueil grammatical et poétique en pièces détachées

Un manuscrit discret

La rubrique des « manuscrits sans confinement » met sur le devant de la scène des manuscrits médiévaux remarquables des collections de la BnF, et, à ce titre, on découvrira dans cette rubrique de vrais chefs-d’œuvre, qui fascineront autant par leurs décorations que par leur contenu. Cependant, tous les manuscrits médiévaux ne peuvent se targuer de posséder de magnifiques enluminures, schémas ou illustrations, de contenir un écrit autographe ou unique, ou encore d’être le témoin le plus ancien d’un auteur illustre. Nombreux sont les manuscrits d’aspect presque banal, dépourvus de décoration et dont le contenu peut paraître abscons ou peu digne d’intérêt. Pourtant, même les manuscrits apparemment les plus modestes peuvent receler des richesses, des richesses qui ne sont pas forcément évidentes, ni éblouissantes, mais néanmoins remarquables. C’est l’un de ces manuscrits que je me propose d’aborder.

Le manuscrit latin 13026 est un manuscrit du IXe siècle en minuscule caroline. Il contient des traités de grammaire, un traité de métrique et un certain nombre d’œuvres ou d’extraits d’œuvres en vers. Continuer la lecture de Un recueil grammatical et poétique en pièces détachées

La bibliothèque de l’abbaye Saint-Victor de Paris aux XIIIe-XIVe siècles

Dans le cadre de ses recherches doctorales, Ève Defaÿsse, doctorante de l’Université Lyon 2, est chercheuse associée de la Bibliothèque nationale de France au département des Manuscrits depuis 2018.

Dans un billet publié sur le carnet de la recherche à la bibliothèque nationale de France, elle présente ses travaux et premiers résultats devant la mener à une thèse intitulée « Entre cloître et université, la bibliothèque de Saint-Victor de Paris aux XIIIe-XIVe siècles ».

Continuer la lecture de La bibliothèque de l’abbaye Saint-Victor de Paris aux XIIIe-XIVe siècles