Appel à communications: Groupe de Recherches en Iconographie Médiévale / IMAGO. Douzièmes Rencontres du GRIM, 23 mai 2019 – Paris, INHA

Le GRIM – Groupe de Recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres du Moyen Âge, mais aussi aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Il est dorénavant lié à IMAGO, association d’historiens de l’art liée au CESCM de Poitiers, et porté par un nouveau comité scientifique.

Le GRIM organise des conférences ponctuelles (Les rencontres Imago, au CESCM de Poitiers) et des journées d’études (à l’Institut national d’histoire de l’art), qui sont ouvertes à tous, tout en donnant une place notable aux doctorants et aux jeunes chercheurs (dès le Master 2).

Comme pour les précédentes journées du GRIM (les programmes sont disponibles sur le site http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/, onglet Autres projets/GRIM), les communications dureront 20 mn. Elles seront dédiées aux questions de méthodologie et d’historiographie, et non à la présentation générale des fruits d’une recherche. Elles éviteront les longues descriptions énumératives, pour se concentrer sur des dossiers précis, et s’attacheront à en expliciter les cadres théoriques.

La journée d’étude du 23 mai 2019,qui aura lieu à l’INHA, s’intitule : Matérialité, visualité et signification.

Les notions de matérialité et de visualité constituent aujourd’hui deux champs de recherche majeurs dans le domaine des sciences humaines et sociales. Centrées autour de l’œuvre comme artefact et comme chose vue, elles permettent de nouer un riche dialogue entre l’histoire de l’art, l’anthropologie, la culture matérielle et l’histoire des sciences et des techniques, et elles renouvellent l’ensemble de l’interprétation iconographique. À partir d’études de cas, il s’agira donc de poser la rencontre entre le matériau, le signe et l’image, et de rendre compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

On s’attachera tout particulièrement à la notion de support, sans que cela exclue d’autres questionnements. Après le geste du peintre, du sculpteur, de l’orfèvre, du brodeur etc., la matière devient une condition de l’image. En quoi est-elle agissante, signifiante ? Ne fait-elle qu’un avec son support ? Y-a-t il du jeu entre l’image et sa mise en œuvre technique, ses matériaux ? De quelle manière les matériaux employés et leurs caractéristiques visuelles peuvent-ils être questionnés ? Et si l’image figure et imite parfois des matériaux (marbre,pierres précieuses, éléments d’orfèvrerie), en quoi ces procédés jouent-ils un rôle dans le discours du figuré ?

Les propositions de communications se feront par retour du formulaire ci-dessous en courrier attaché avant le 16 mars, à l’adresse suivante : imago.grim.contact@gmail.fr

Formulaire GRIM https://cescm.hypotheses.org/files/2018/12/Fiche_R%C3%A9pertoire_GRIM.pdf 


L’accès aux Rencontres du GRIM est ouvert à tous, et les étudiants de licence et de Master sont cordialement invités à venir écouter les conférenciers. Le GRIM ne disposant d’aucun budget, les intervenants et les auditeurs s’adresseront aux centres de recherche dont ils dépendent pour une éventuelle prise en charge des frais.

Le programme définitif sera établi et diffusé début mai, envoyé par e-mail à toutes les personnes inscrites, et également disponible sur le site du CESCM : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/forma/grim-imago/

Les Responsables du GRIM

NB. Indépendamment de la journée d’étude du 23 mai, les chercheurs en iconographie médiévale occidentale, byzantine ou islamique, peuvent, s’ils le souhaitent, inscrire leur sujet d’étude et leurs publications dans le Répertoire du GRIM, par l’entremise d’un autre formulaire, à remplir ou à mettre à jour pour les personne déjà inscrites.

Fiche répertoire: https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1430/files/2018/12/Fiche_R%C3%A9pertoire_GRIM.pdf

Journée d’étude. « Pour les 150 ans du Cabinet des manuscrits de Léopold Delisle », 17 décembre 2018, Ecole nationale des chartes

En 1868, Léopold Delisle publiait, sous les auspices de la ville de Paris, le premier tome de son Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, dont les deux suivants devaient paraître après le changement de régime (Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. II et III, 1874 et 1881). En écrivant l’histoire de ce qui allait devenir le Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France sous l’angle des accroissements successifs des collections, décrits chronologiquement règne après règne depuis l’époque de Charles V, Léopold Delisle ne s’est pas contenté de produire une étude monographique. Il a fourni à la fois aux conservateurs et aux historiens des bibliothèques un matériau de travail exceptionnel, témoignage de sa fréquentation assidue et de sa connaissance intime des fonds dont il avait la charge, mais aussi une méthode, appelée à être durablement éprouvée.

À l’occasion du cent-cinquantenaire de cette publication pionnière, il nous a semblé important de nous interroger sur sa réception et sa postérité. Le Cabinet des manuscrits demeure, aujourd’hui encore, l’ouvrage de référence, jamais remplacé, pour qui veut connaître l’histoire de la constitution des fonds manuscrits de la Bibliothèque nationale ; il reste aussi, pour l’identification de copistes ou de lieux de production, comme pour la datation de manuscrits ou d’inventaires de bibliothèques, une source très souvent citée. Il importe d’autant plus, aujourd’hui, de comprendre l’apport des travaux de Léopold Delisle, et de son Cabinet en particulier, à l’histoire de la Bibliothèque nationale comme à l’histoire des bibliothèques en général, et de mesurer les avancées réalisées depuis la fin du XIXe siècle.

Capture d_écran 2018-11-26 à 11.03.33

Programme :

Chaque communication, d’une durée de 30 minutes, est suivie de 15 minutes de discussion.

9h15 : accueil des participants.
9h30-9h45 : mot d’accueil, par Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes
9h45-10h : introduction, par les organisateurs

10h-10h45 : Françoise Vielliard (ENC), « “Je les aimais passionnément”. La place du Cabinet des manuscrits dans la carrière de Léopold Delisle »
11h-12h : Véronique de Becdelièvre (BnF) et Monique Peyrafort-Huin (IRHT), « La librairie royale sous Charles V et Charles VI et le “prince des bibliothécaires” : apports et limites des recherches de Léopold Delisle. 1) L’édition des inventaires : un catalogue méthodique. 2) L’identification des personnages cités dans les inventaires »
12h-12h45 : Marie-Pierre Laffitte (BnF), « La librairie de Blois au travers des sources de Léopold Delisle »

14h30-15h15 : Thomas Falmagne (Bibliothèque nationale du Luxembourg), « Une troisième version du catalogue des manuscrits de Jacques-Auguste de Thou retrouvée à New-York »
15h15-16h : Jérémy Delmulle (IRHT), « Delisle à l’école des mauristes ? Les archives personnelles des érudits bénédictins dans Le cabinet des manuscrits »
16h15-17h : Marie Galvez (BnF), « Présentation du Comité d’histoire de la BnF. Portrait de la Bibliothèque impériale en 1868 »
17h-17h45 : Charlotte Denoël (BnF), « Delisle catalographe »
17h45-18h : conclusions, par les organisateurs

Informations pratiques :

17 décembre 2018, 9h15-18h

École nationale des Chartes
65, rue Richelieu – Paris
Salle Léopold Delisle

Journée d’étude organisée par Jérémy Delmulle (IRHT – CNRS), Charlotte Denoël (BnF) et François Ploton-Nicollet (ENC).

Réservez vos manuscrits depuis les catalogues en ligne !

À compter du 3 décembre 2018, les procédures de réservation et de communication des documents en salle de lecture du département des Manuscrits évoluent.

Comme dans les salles de lecture du Rez-de-Jardin sur le site François-Mitterrand, et, plus récemment, dans celles des départements spécialisés (depuis le 13 novembre à la Bibliothèque de l’Arsenal, y compris pour les manuscrits), toutes les demandes de communication de documents patrimoniaux (…ou presque !) passent désormais par les catalogues en ligne : BnF Archives et Manuscrits et BnF catalogue général.

Réserver le manuscrit Smith-Lesouëf 70 dans BnF Archives et Manuscrits

Continuer la lecture de Réservez vos manuscrits depuis les catalogues en ligne !