À l’attention du roi Louis XI : Une prédiction astrologique sérieuse pour l’année 1476

Devoir composer, comme c’est le cas en ce moment, avec l’incertitude quant à ce que nous réserve l’avenir, nous permet d’apprécier ce que nous avons perdu, et en particulier la relative facilité d’anticipation dont nous jouissons, sauf accident, en temps normal. Et même en situation de grave crise sanitaire, encore sommes-nous loin des risques de pestes autrement plus meurtrières, de guerres ou de famines qui venaient assombrir l’avenir de nos ancêtres il y a encore quelques siècles.

Dans une telle situation, quoi de plus normal pour les dirigeants que de s’entourer d’experts ? Experts politiques et militaires, bien sûr, mais également scientifiques : en Occident, entre le XIIe et le XVIIe siècle (environ), la science permettant d’anticiper l’avenir s’appelait l’astrologie.

Le manuscrit Latin 7450 de la BnF, une prédiction astrologique adressée par Conrad Heingarter, l’astrologue du duc de Bourbon, au roi de France Louis XI en 1476, est l’une des nombreuses traces de cette « expertise scientifique » parvenue jusqu’à nous.

Latin 7450, Judicium anni millesimi quadringentesimi septuagesimi sexti currentis, f. 3r.
Continuer la lecture de À l’attention du roi Louis XI : Une prédiction astrologique sérieuse pour l’année 1476

Aux sources de la philosophie arabe

L’émergence de la philosophie dans la civilisation arabo-musulmane a suivi un long cheminement qui ne fut pas sans embûches ni difficultés. Elle s’est inscrite dans un contexte d’évolution des besoins inhérents à l’expansion d’un empire dont, au départ, ni la religion ni la langue n’étaient prêtes à l’accueillir. C’est l’histoire d’une rencontre entre une culture grecque fondée sur l’écrit et une autre, l’arabe, reposant sur l’oralité.

Continuer la lecture de Aux sources de la philosophie arabe

Astuces de recherche dans Mandragore (2)

En ces temps difficiles de #CultureChezNous, vous êtes nombreux à écumer Internet en quête d’illustrations patrimoniales, que ce soit à des fins de recherche universitaire ou de divertissement.

L’occasion rêvée, si ce n’est déjà fait, de (re)découvrir Mandragore, la base des enluminures des manuscrits de la BnF !

Le précédent billet donnait quelques généralités sur les principes de description à l’œuvre dans Mandragore, et ce qui la différencie des autres applications de la BnF.

Nous entrons aujourd’hui dans le cœur du sujet : comment chercher efficacement dans Mandragore ?

Continuer la lecture de Astuces de recherche dans Mandragore (2)

Un curieux traité d’ingénierie médiéval

Il y a deux mois, s’achevait au musée du Louvre l’exposition dédiée à Léonard de Vinci, une occasion exceptionnelle d’admirer les manuscrits scientifiques et techniques du génie de la Renaissance. Aux nostalgiques de cette magistrale rétrospective, nous proposons de découvrir l’œuvre d’un ingénieur bien moins connu qui vécut un siècle avant Léonard : Konrad Kyeser (1366 – après 1405). Continuer la lecture de Un curieux traité d’ingénierie médiéval

Des prières magiques éthiopiennes contre la peur et le point de côté

Au sein de la collection de près de deux cents rouleaux magiques éthiopiens conservés au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France (BnF), le manuscrit Éthiopien 469 se présente comme un riche recueil de quatorze prières, véritable arsenal protecteur et curatif que le dabtara a conçu sur mesure pour son patient.

Continuer la lecture de Des prières magiques éthiopiennes contre la peur et le point de côté

Le plus ancien recueil des dialogues de Platon

Les dialogues de Platon, écrits au IVe siècle avant notre ère, nous sont transmis, de façon très fragmentaire,  par une centaine de papyrus antiques, mais c’est par l’intermédiaire de Byzance que nous sont parvenus les dialogues complets. Le plus ancien recueil et le plus célèbre est conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote Grec 1807.

Platon, République, début du premier livre, Grec 1807, f. 3

Continuer la lecture de Le plus ancien recueil des dialogues de Platon

Astuces de recherche dans Mandragore (1)

En ces temps difficiles de #CultureChezNous, vous êtes nombreux à écumer Internet en quête d’illustrations patrimoniales, que ce soit à des fins de recherche universitaire ou de divertissement.

L’occasion rêvée, si ce n’est déjà fait, de (re)découvrir Mandragore, la base des enluminures des manuscrits de la BnF !

Mandragore, base des manuscrits enluminés de la BnF (logo)

Continuer la lecture de Astuces de recherche dans Mandragore (1)

La Mandragore et autres remèdes : une traduction en hébreu du liber de plantis

Hébreu 1199, f. 18v, herba folio, equisetum arvense (?), prêle des champs
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10545274f/
http://mandragore.bnf.fr/ark:/12148/cgfbt123569r/

En ces temps de pandémie, l’arsenal thérapeutique contemporain semble avoir été mis en échec par le virus « couronné », pour le moment du moins. Or, cette pandémie mondiale est l’occasion de rappeler que depuis la plus haute antiquité, jusqu’aux grandes découvertes médicales du XVIIIème et XIXème siècle, notre humanité n’a eu d’autres possibilités que de se soigner au moyen des plantes et de la magie.

Au Moyen Âge en particulier, les médecins et les apothicaires juifs, arabes et chrétiens ont à leur disposition des ouvrages hérités de la médecine antique traduite d’abord du grec ou du syriaque en arabe, puis de l’arabe en latin. Le plus célèbre d’entre eux est la materia medica de Dioscoride (c.20-c90 notre ère).

Les médecins juifs en particulier dans les pays d’Europe utilisaient ces recueils traduits en hébreu et adaptés des textes classiques qu’ils enrichissaient souvent de leurs propres préparations médicinales. La médecine médiévale reste également très attachée à l’influence astrale et à l’alchimie. Les médecins utilisent les plantes non seulement pour leurs principes actifs, mais pour leur puissance alchimique.

Continuer la lecture de La Mandragore et autres remèdes : une traduction en hébreu du liber de plantis

Entre France et Italie. Les Heures de Frédéric d’Aragon

Parmi les riches collections de manuscrits de la Renaissance conservées au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, il est un manuscrit qui résume à lui seul les relations intimes entre la France et l’Italie au début du XVIe siècle. Les Heures de Frédéric d’Aragon (Latin 10532) ont en effet été commandées par le souverain déchu de Naples, alors en exil forcé au Plessis-lèz-Tours, et enluminées par trois artistes, un Italien, le napolitain Ioan Todeschino, et deux Français, les tourangeaux Jean Bourdichon et le Maître de Claude de France.

Heures de Frédéric d’Aragon (BnF, Mss., Latin 10532, p. 388). Ioan Todeschino, Armes de Frédéric d’Aragon
Continuer la lecture de Entre France et Italie. Les Heures de Frédéric d’Aragon

La parole de Bouddha dans le fonds Pelliot sanscrit conservé à la BnF

Ayant une maîtrise (Budapest 2009) en langues classiques asiatiques (sanskrit, pali et tibétain) et en philosophie bouddhique, un Master et un Doctorat (Paris 2010, 2017) en une troisième langue classique indienne (prakrit), chercheuse (EPHE-PSL), je travaille actuellement à la BnF sur le fonds Pelliot Sanskrit dans le cadre du projet HisTochText financé par l’ERC, dont Professeur Pinault (EPHE-PSL) est le responsable.

Continuer la lecture de La parole de Bouddha dans le fonds Pelliot sanscrit conservé à la BnF

La fine fleur des manuscrits enluminés de la BnF : la symbolique des fleurs au Moyen Âge

Alors qu’en cette période il est impossible de déambuler et d’admirer les fleurs de printemps, nous vous proposons une balade virtuelle dans les collections de manuscrits médiévaux somptueusement enluminés, à travers le livre d’heures de Jeanne de France (BnF, NAL 3244). Daté du XVe siècle, cet ouvrage précieux a été classé Trésor national et a été acquis en 2013 par la BnF grâce à la générosité de plus de 1700 particuliers, entreprises, fondations et associations. Conservé au département des Manuscrits, désormais numérisé, ce manuscrit est accessible en ligne dans Gallica ainsi que dans Mandragore, base des manuscrits enluminés de la BnF.

Tout le décor du livre d’heures de Jeanne de France a été décrit dans Mandragore. C’est ainsi que vous pourrez retrouver de nombreuses fleurs identifiées dans les marges des feuillets, avec une symbolique très riche. Par exemple, au feuillet 63, on retrouve deux fleurs très symboliques, l’ancolie et la violette. Continuer la lecture de La fine fleur des manuscrits enluminés de la BnF : la symbolique des fleurs au Moyen Âge

Naissance d’un grand personnage : Mahāvīra, héros du jaïnisme

Nous fêtons le 6 avril 2020 la naissance de Mahāvīra, grand héros du jaïnisme. Cette religion indienne s’est développée parallèlement au bouddhisme, dans la région de l’actuel Bihar, dans la partie orientale de la vallée gangétique. Mahāvīra est le vingt-quatrième Jina, terme sanskrit qui signifie « vainqueur » de la guerre menée contre le karman obligeant l’âme à renaître indéfiniment. Ses dates sont controversées et diffèrent selon les traditions. Les dernières recherches scientifiques avancent toutefois une date de mort en 483 avant notre ère, après une existence de 80 ans, plaçant sa naissance en 563 avant notre ère. Si son existence est attestée historiquement, le récit de sa vie emprunte aussi aux légendes entourant la vie des vingt-trois Jina précédents. Elle est racontée dans le Kalpasūtra, un des textes canoniques du jaïnisme, rédigé en langue prakrit, dont les manuscrits sont souvent enluminés.

Le département des Manuscrits conserve une copie dont l’ancienneté est remarquable compte tenu du climat tropical de l’Inde rythmé par les pluies de mousson. Cette copie (BnF, Sanscrit 1453) est datée du 28 avril 1491. Ce manuscrit est consultable en intégralité dans Gallica, bibliothèque numérique de la BnF, mais est également disponible dans Mandragore, base des manuscrits enluminés de la BnF, où toutes les enluminures de ce manuscrit ont été identifiées et décrites.

Continuer la lecture de Naissance d’un grand personnage : Mahāvīra, héros du jaïnisme

Manuscrits sans confinement

Dans cette nouvelle rubrique liée à l’actualité, alors que toute présentation de manuscrits  originaux est momentanément impossible du fait de l’urgence sanitaire, des chargés de collection du département des Manuscrits de la BnF présenteront à tour de rôle des manuscrits médiévaux remarquables issus des différentes ères culturelles représentées dans les collections de la Bibliothèque.

À suivre ici à partir du 6 avril 2020 !

Continuer la lecture de Manuscrits sans confinement