Pour bien terminer cette année : 10 manuscrits médiévaux d’exception mis en ligne dans Gallica en 2020

Avec ces coups de cœur Gallica, toute l’équipe du service des manuscrits médiévaux vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année et une année 2021 riche en découvertes !

Légende de l’illustration de couverture: Nicolas de Lyre, Postilles sur la Genèse, Mantoue?, fin XIVe s. (Latin 364, f. 1)

Français 93

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525128401

Bien qu’il porte le titre de Marques de Rome, le ms. Français 93 offre le cycle entier du roman des Sept Sages de Rome et de ses continuations. Inspiré d’une légende orientale, le Livre de Sindbad, le texte primitif, connu en Occident sous sa version hébraïque, donna lieu à diverses rédactions en vers et en prose. Le manuscrit contient la version vernaculaire en prose A, la plus répandue dès le XIIIe siècle. Commandité par Jacques d’Armagnac, duc de Nemours dont il porte les armes, cet exemplaire fut copié en 1466 à Crozant dans l’ancien comté de la Marche par Michel Gonnot, son copiste attitré, et illustré par Évrart d’Espinques, actif à Paris, puis à Ahun entre 1440 et 1494. Pas moins de 252 enluminures ornent les 603 feuillets de ce luxueux volume. Après l’arrestation de Jacques d’Armagnac en 1376, le manuscrit entra dans la collection de Pierre II duc de Bourbon qui y fit représenter ses armes, sa devise et son ex-libris. Il fit partie de la collection personnelle de François Ier avant d’entrer dans la Bibliothèque royale.

Pour en savoir plus :

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc511879

Véronique de Becdelièvre

Grec 2247

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b550137372

Ce recueil de textes chirurgicaux antiques et protobyzantins, copié au au XVIe siècle, est célèbre pour ses dessins aquarellés exécutés par Francesco Salviati, un des grands peintres florentins de la Renaissance. Fait exceptionnellement rare, ces illustrations dérivent tout comme le texte d’un modèle byzantin toujours conservé, le manuscrit de la Collection de Nicétas, copié et enluminé à Constantinople dans la première moitié du Xe siècle, qui a fait partie de la bibliothèque privée (libreria medicea privata) de Laurent le Magnifique et est toujours conservée parmi les trésors de la Bibliothèque Laurentienne à Florence. Directement inspirés des enluminures classicisantes de son modèle, les dessins du manuscrit de la BnF illustrent ainsi à merveille la double filiation byzantine et antique de la Renaissance italienne.

Pour en savoir plus :

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc22365k

Christian Förstel

Continuer la lecture de Pour bien terminer cette année : 10 manuscrits médiévaux d’exception mis en ligne dans Gallica en 2020

Heurs et malheurs du copiste

Mettre en page le manuscrit au XIIIe siècle à travers deux exemples de Bibles enluminées

La Bibliothèque nationale de France conserve de très nombreux manuscrits de la Bible copiés au Moyen Age, et notamment un ensemble de Bibles datables du XIIIe siècle, le grand siècle des Universités. Les Bibles gothiques sont très différentes des Bibles Romanes : si l’on regarde une Bible du XIIe siècle, comme le manuscrit en deux volumes (BnF, Latin 11534-11535), elle paraît géante, presque 50 cm de hauteur, par rapport à une Bible du XIIIe, de plus petit format, en un seul volume. C’est le cas d’une Bible datable du milieu du XIIIe siècle, haute de 15 cm (BnF Latin 10425), faite pour être maniable, transportable aisément et commode pour l’étude au sein des Universités.

Les Bibles gothiques sont copiées avec une écriture de tout petit module, et le parchemin utilisé, très aminci, renvoie à la dénomination actuelle de « papier bible », qui évoque un support très fin et qui permet de condenser beaucoup de texte dans un seul volume. Le gain de place se traduit également par une décoration peu fournie, avec souvent pour seule initiale historiée le début de la Genèse, « In principio creavit deus ».

BnF Latin 10425, f. 12v

Continuer la lecture de Heurs et malheurs du copiste

Du Master 2 à la médiation scientifique : un cas d’étude autour des représentations de la vie quotidienne au Moyen Âge

Légende de l’illustration : les envoyés de Godefroy de Bouillon, Le livre dit d’Eraclès, Loyset Liédet et ateliers pour Louis de Bruges, Bruges, 1470-1480 (Paris, BnF, Français 68, f. 20v) 

  Actuellement étudiante en deuxième année de Master à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, je travaille sur la représentation du vêtement des ambassadeurs à la fin de la période médiévale. Dans ce contexte, les manuscrits enluminés sont des sources non négligeables pour traiter d’un objet aussi peu conservé que le vêtement. Au fil de ces recherches, un corpus a été établi afin de travailler à la rédaction d’un mémoire, et de par la richesse des fonds de manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, plusieurs manuscrits retenus proviennent de ces collections. C’est dans ce contexte que prend place le stage réalisé en novembre et décembre 2020 au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. L’objectif du stage était de réaliser une sélection de manuscrits phares au sein de ce corpus déjà établi, et de valoriser celle-ci. Il s’agissait donc d’une opération alliant à la fois médiation scientifique ciblée et recherche.

     Les manuscrits choisis étaient les suivant : le Romuléon de Louis Malet de Graville (français 364), Les chroniques de Froissart (français 2646) et le livre dit d’Eraclès (français 68) de Louis de Bruges (fig. 1). Ces derniers présentaient tous un point commun : j’avais déjà pu les étudier à travers le prisme des recherches que j’effectue dans le cadre de mon mémoire. La plus grande difficulté était donc de se détacher de cet objectif précis qui était de recenser des miniatures présentant des scènes à caractère diplomatique. Plusieurs manuscrits avaient retenu mon attention, car j’avais pu constater leurs richesses lors de premières recherches. Le premier travail à réaliser consistait à étudier de nouveau les miniatures, à la recherche de thématiques récurrentes qui pourraient amener une réflexion nouvelle. Plusieurs sujets ont rapidement émergé : la représentation des arts de la table, les peintures de navires, la récurrence de la présence d’emblématiques, la diversité des vêtements représentés.

     La rédaction d’articles en lien avec ces thématiques soulevait la question de la diffusion. L’objectif était de varier le plus possible le public ciblé par cette opération : amateur, érudit, étudiant ou professionnel, chaque article devait être adapté et diffusé dans une optique de médiation ciblée. J’ai tout d’abord visé différentes plateformes et sites, qui permettraient ensuite un échange plus spontané autour de ces articles. Les sites de passionnés, ainsi que les web-journaux étaient autant de médias à privilégier pour donner une première visibilité au travail effectué. La diffusion était ensuite relayée grâce aux réseaux sociaux entre autres. Cette expérience fut d’autant plus enrichissante que les médias utilisés pour ce faire sont variés, passant de l’écrit traditionnel au format du podcast.

Continuer la lecture de Du Master 2 à la médiation scientifique : un cas d’étude autour des représentations de la vie quotidienne au Moyen Âge

parution. Les grandes heures d’anne de bretagne a l’honneur dans art de l’enluminure

 

Enluminées vers 1503-1508 par le peintre du roi Jean Bourdichon, les Grandes Heures d’Anne de Bretagne sont considérées comme l’un des manuscrits les plus célèbres au monde. Conservées au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France sous la cote Latin 9474, elles étonnent toujours qui les contemple par la qualité et l’originalité de leur décor. Livre de dévotion au destin royal, d’Anne de Bretagne à Louis XIV, ce manuscrit est bien plus qu’un simple livre d’heures où se déploient de riches miniatures illustrant les textes devant être récités ou médités par son propriétaire tout au long de la journée. Ce qui a fait aussi la renommée de ce chef-d’œuvre de l’enluminure entre Moyen Âge et Renaissance, ce sont les bordures végétales qui en ornent tous les feuillets, véritable encyclopédie botanique de la nature tourangelle. Continuer la lecture de parution. Les grandes heures d’anne de bretagne a l’honneur dans art de l’enluminure

la bnf recrute: chargé.e de projet recherche pour le projet « La couleur: artefacts, matière et cognition »

Financé par la BnF dans le cadre du plan quadriennal de la recherche 2020-2023, le projet « La couleur : artefacts, matière et cognition » vise à élaborer une base fédérant les données sur les matériaux de la couleur dans les œuvres d’art, produites par différents établissements, à commencer par la Bibliothèque nationale de France et l’Institut national d’histoire de l’art. Il s’agit d’un programme interdisciplinaire et collaboratif, porté conjointement par ces deux institutions, avec la participation de l’École nationale des chartes et du C2RMF. La constitution de la base de données, qui sera développée et hébergée par l’INHA, passera par la création d’un modèle de structuration des données chromatiques et physico-chimiques et par l’élaboration de référentiels spécialisés. Le modèle retenu sera interopérable avec ceux du système d’information de la BnF, afin d’alimenter le futur système de gestion des données de la conservation de la Bibliothèque. À terme, il s’agira de développer autour de la base de données des outils innovants d’éditorialisation, afin de répondre aux différents besoins des communautés scientifiques travaillant sur la couleur et ses matériaux.

Continuer la lecture de la bnf recrute: chargé.e de projet recherche pour le projet « La couleur: artefacts, matière et cognition »